31 mars, Journée internationale de la visibilité transgenre

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (Pas encore d'évaluation)
Loading...

31 mars, Journée internationale de la visibilité transgenre

(Blogmensgo, blog gay du 31 mars 2016) Deux événements annuels rythment l’actualité médiatique des personnes trans. Le 20 novembre marque la Journée internationale en mémoire des victimes transgenres (Transgender Day of Remembrance, ou TDoR). Et le 31 mars, donc aujourd’hui, c’est la Journée internationale pour la visibilité des personnes trans (Transgender Day of Visibility, ou TDoV).

Depuis 2009, la Journée de visibilité trans met à l’honneur les personnes trans et les spécificités de leur parcours, de leur vie, de leurs besoins et, hélas, de leurs galères. Médias sociaux obligent, l’événement dispose d’un hashtag, en l’occurrence #TDOV.

Ci-dessous, un documentaire (en anglais) du Gender Centre de Nouvelle-Galles-du-Sud, où l’on découvre à travers les interviews de cinq jeunes trans, la manière dont ces personnes vivent en milieu souvent hostile.

Pourquoi se vouloir plus visible quand on peut tout aussi bien rester dans l’ombre ? Parce qu’être plus visible c’est être plus (re)connu et qu’être mieux (re)connu c’est être mieux compris.

C’est aussi le moyen le plus efficace de lutter contre les préjugés, donc de lutter contre les moqueries, les insultes et les violences – parfois mortelles – de toute nature. Rappelons que plus encore que les gays, que les bis ou que les lesbiennes, les personnes les plus touchées par la stigmatisation, la discrimination, le harcèlement et les agressions, ce sont les personnes trans.

La transphobie tue. Soit d’une manière directe, soit à travers ses conséquences psychologiques.

On peut s’en convaincre en survolant le poster ci-dessous, que j’ai piqué sur un compte Twitter en oubliant de noter sa provenance (désolé pour l’oubli).

flyer TDoV

#TDOV. Plus de visibilité pour moins de haine.

Même dans des pays dits développés et privilégiés, la vie quotidienne des personnes trans n’a rien d’un long fleuve tranquille. En particulier dans le cadre du travail, comme l’explique le témoignage bouleversant d’une personne trans (homme devenu femme) d’origine tunisienne qui travaille en France.

Dans un article en accès gratuit, Yagg recense quelques-unes des nombreuses initiatives autour de cette journée du 31-mars.

Plusieurs médias saluent l’événement à leur manière, en interviewant des célébrités trans. Un nom revient avec insistance, mais aucun média ne semble en avoir obtenu une interview récente : Lily Wachowski, qui a préféré faire son coming out trans plutôt que de se faire outer par un tabloïd (notre article). Son nom est souvent cité en compagne d’une série TV intitulée Sense8, dont l’un des fils conducteurs narratifs est une histoire de transidentité.

Philca / MensGo

Pas de commentaire.

Ajouter un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *