Coming out imminent pour deux footballeurs gays de Premier League

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (1 votes, moyenne: 3,00 sur 5)
Loading...

Coming out imminent pour deux footballeurs gays de Premier League

(Blogmensgo, blog gay du 26 octobre 2015) Deux footballeurs évoluant dans le championnat britannique (Premier League), dont un international de l’équipe nationale anglaise, auraient décidé de faire leur coming out. C’est du moins ce qu’annonce le Daily Mirror dans son édition du 24 octobre 2015.

[Update du 19 octobre 2016. Article mis à jour – voir à la fin du texte ci-dessous – avec les déclarations contradictoires du très pessimiste Greg Clarke, président de la Fédération anglaise de football, et du très friendly Chris Sutton, ancien attaquant de l’équipe nationale.] [Update du 10 janvier 2017. Greg Clarke fait volte-face et préconise un coming out sinon massif, du moins collectif.] [Update du 7 juin 2017. Antoine Griezmann dit comprendre pourquoi les footballeurs gays préfèrent rester dans le placard.]

 

Qui sont les deux footballeurs gays ?

Le Daily Mirror ne précise par l’identité des deux footballeurs gays et ne fournit aucun indice plus précis. « Les deux joueurs – dont un international d’Angleterre – l’ont dit à leur famille et à leurs amis, et ils ont reçu le soutien de leurs clubs et de la fédé anglaise », explique le tabloïd britannique sans dévoiler le nom des clubs dans lesquels ils évoluent.

Arsène Wenger et Olivier Giroud

Arsène Wenger et Olivier Giroud. L'entraîneur et l'attaquant d'Arsenal sont-ils gays ? ©Arsenal.com.

Un troisième footballeur professionnel « bien connu » en Premier League ne souhaite pas révéler publiquement son homosexualité bien qu’il ait fait son coming out en 2011 auprès de ses amis, affirme le quotidien anglais. Sa voiture ayant par la suite été barbouillée par une insulte homophobe, ce troisième footballeur gay ne souhaite pas s’exposer à de nouvelles avanies.

 

Quand feront-ils leur coming out ?

Selon le Daily Mirror, les deux footballeurs professionnels comptent rendre publique leur homosexualité « avant le début de la saison prochaine ». Donc a priori avant ou pendant l’été 2016.

On rappelle que l’Euro 2016 de football se déroule en France du 10 juin au 10 juillet 2016. La sortie de placard se fera-t-elle avant, pendant ou après l’Euro, c’est-à-dire avant, pendant ou après une exposition médiatique maximale ?

 

Sans précédent (ou presque)

Un seul joueur de football d’envergure internationale a fait son coming out en cours de carrière. Il s’agit en l’occurrence de Justin Fashanu, en 1990. L’ancien international anglais s’est suicidé en 1998 après avoir subi de multiples insultes et diffamations homophobes.

Un autre international de football jusqu’en 2011, le milieu de terrain étatsunien Robbie Rogers, est certes lui aussi sorti du placard en 2013, mais il l’a fait le jour même où il annonçait sa retraite sportive. Il a ensuite rechaussé les crampons, devenant ainsi le premier gay assumé à jouer dans le championnat américain (MLS).

Quant à l’ancien international allemand Thomas Hitzlsperger, il aura attendu d’être retraité des vestiaires depuis quatre mois pour dévoiler son homosexualité (cf. notre article du 10 janvier 2014).

L’éventuel coming out d’un footballeur évoluant en équipe nationale d’Angleterre constituerait par conséquent une grande première. Ce serait la première fois qu’un footballeur révélerait son homosexualité alors qu’il est encore international.

Theo Walcott à la une du magazine d'Arsenal

Theo Walcott (Angleterre et Arsenal) est-il gay ? ©Arsenal.com.

Pourquoi sortir du placard ?

Le Daily Mirror affirme, en citant l’agent Simon Jones et plusieurs sources anonymes, que la stigmatisation des gays a disparu, que le public est plus tolérant et que les footballeurs gays pourraient avoir une valeur publicitaire très intéressante pour les annonceurs.

Le petit jeu des pronostics

Certains tabloïds britanniques affirment – sans citer leurs noms – qu’au moins huit gays évoluent en Premier League.

Le nom de Theo Walcott, 26 ans, attaquant de l’équipe d’Angleterre et du club d’Arsenal, est cité par le webzine Foot365.fr. Motif ? Des photos suggestives – du moins hors contexte – où l’on voit le jeune homme câliner d’autres hommes.

Puisque l’on parle d’Arsenal, on ne saurait passer sous silence le nom de plusieurs icônes. À commencer par l’attaquant et international français Olivier Giroud. On ignore s’il est gay ou juste friendly, mais son apparition à la une du défunt magazine Têtu n’est pas passée inaperçue. Le magazine du club d’Arsenal lui consacre d’ailleurs un dossier ce mois-ci.

Autre Français d’Arsenal synonyme d’élégance et de glamour, l’entraîneur Arsène Wenger. Si, si ! Gay ou pas, il incarne à lui seul toutes les valeurs positives du sport, de la beauté… et de l’intelligence.

Mais pour moi, le plus beau et le plus élégant (y compris balle au pied), c’est le footballeur allemand Mesut Özil. Reste à savoir s’il est effectivement gay ou pas, afin d’éviter tout fantasme inutile.

 

Explication de texte

L’article du Daily Mirror ne précise la nationalité que d’un seul des deux footballeurs. En l’occurrence, un Anglais sélectionné en équipe nationale.

Le magazine britannique ne disant pas que les deux joueurs sont de nationalité britannique et n’évoquant pas la nationalité du second joueur, je suis prêt à parier que ce joueur-là est un étranger évoluant en Premier League. Et pas dans le même club que l’autre joueur gay, puisque le Daily Mirror parle de clubs (au pluriel).

Le magazine ne dit rien non plus sur le statut du second footballeur au regard de son équipe nationale. On aurait donc affaire à un Anglais évoluant en sélection nationale et à un étranger qui ne joue pas pour son équipe nationale.

Autrement dit, si l’on reprend l’exemple d’Arsenal et des potentiels footballeurs gays, cela ne pourrait pas être à la fois Theo Walcott (international anglais), Olivier Giroud (international français) et Mesut Özil (international allemand), mais l’un seulement de ces trois joueurs – ou n’importe qui d’autre.

Quant au potentiel publicitaire des footballeurs gays, j’imagine le scénario suivant. Après le coming out, une période que l’on qualifiera de sidération. Court laps de temps pendant lequel peuvent aussi se nouer des contacts professionnels et des propositions de contrat.

Et ensuite, oui, l’eldorado publicitaire que connaissent habituellement les innovateurs et les emblèmes. Ce qui, dans le cas d’un footballeur gay, correspondra selon moi à un eldorado cumulé et d’autant plus probable qu’il bénéficiera de la prime au premier entrant – surtout s’il est beau et déjà connu.

Le patron de la fédé conseille aux footballeurs gays de Premier League de rester dans le placard

Auditionné le 17 octobre 2016 par une commission à la Chambre des Communes (chambre basse du Parlement), le président de la Fédération anglaise de football (ou FA pour The Football Association), Greg Clarke, a déclaré que les footballeurs de Premier League qui feraient leur coming risquent de subir « de graves injures ». Il reconnaît avoir « personnellement honte qu’ils ne se sentent pas en sécurité pour sortir du placard ».

Greg Clarke a par ailleurs affirmé ne connaître l’identité ni des deux footballeurs gays qui envisageaient de faire prochainement leur coming out, ni du troisième joueur de Premier League dont la voiture a reçu des tags homophobes après un coming out en petit comité (lire ci-dessus).

Tout en se disant prêt à sévir contre les comportements homophobes sur le terrain et dans les gradins, Clarke estime que sa fédé n’aura pas les moyens de le faire si un footballeur de Premier League révèle son homosexualité.

Chris Sutton déclare que le temps du coming out est venu

L’ancien attaquant Chris Sutton, devenu commentateur sportif à la BBC, se dit en complet désaccord avec les propos de Greg Clarke. Selon Sutton, les conditions sont aujourd’hui réunies pour une sortie de placard réussie.

tweet MainOnline Sport

Le Daily Mail annonce la tribune de Chris Sutton – en rappelant le coming out de Thomas Hitzlsperger (photo).

« On ne peut pas utiliser Twitter comme baromètre de la manière dont les gens vont réagir », a-t-il ironisé dans une tribune. Autrement dit, on ne peut pas se contenter de ne rien faire parce qu’une petite minorité de gens refuse de voir des gays jouer au football.

Chris Sutton considère qu’un coming out serait surtout un non-événement : il ferait certes la une des journaux et les moindres faits et gestes du footballeur sorti du placard seraient auscultés dans leurs moindres détails pendant quelque temps, mais cela n’intéresserait très vite plus personne. Et c’est précisément ce qu’appelle de ses vœux l’ancien international anglais (il a été sélectionné une fois en équipe d’Angleterre), c’est-à-dire une banalisation après coming out plutôt qu’une crispation empêchant tout coming out.

Et de préciser que le vestiaire – c’est-à-dire les coéquipiers et le staff – est prêt à soutenir des joueurs qui officialiseraient leur homosexualité.

I’m convinced that once the first gay footballer comes out, others will follow. It will be the best thing that happens to the homophobia debate.
Chris Sutton, ancien international de football
(Je suis convaincu qu’une fois le premier footballeur gay sorti du placard, d’autres suivront. C’est ce qui pourra arriver de mieux au débat sur l’homophobie.)

Avec les supporteurs c’est un peu différent, admet-il. Mais comme il n’y a pas plus d’imbéciles dans les stades qu’à l’école ou au travail, pourquoi un coming out poserait-il plus de difficultés dans un stade que dans une école ou sur le lieu de travail ? D’autant plus qu’à domicile, les supporteurs locaux soutiendraient leur joueur gay et que les supporteurs adverses seraient très minoritaires.

Évoquant le coming out de Tom Daley, Chris Sutton rappelle qu’il y a certes eu quelques propos haineux parmi les dizaines de milliers de commentaires sous la vidéo de coming out postée par le plongeur britannique. Mais « est-ce que ça a eu des conséquences sur sa vie ou sur sa popularité ? » Poser la question, c’est déjà y répondre.

Le patron de la Football Association appelle à un coming out collectif pour éviter la stigmatisation

Greg Clarke, président de la fédération anglaise de football (FA), a manifestement changé d’avis (lire ci-dessus). Dans une interview (accès payant ou gratuit sur inscription) publiée le 9 janvier 2017 par le Times, Clarke affirme qu’afin d’éviter à la fois le barouf médiatique et la stigmatisation, le meilleur moyen pour les footballeurs professionnels gays de dévoiler leur homosexualité serait de le faire en semble. Autrement dit, un coming out collectif voire massif.

I put the message out there that if a number of top-level pros want to come out, why don’t we synchronise it?
Greg Clarke, président de la Football Association
(« Alors moi je dis que si un certain nombre de pros de l’élite veulent sortir du placard, pourquoi on ne le ferait pas d’une manière synchronisée ? »)

Le patron de la fédé a donc changé de discours après avoir rencontré « 15 sportifs gays en quatre semaines pour leur demander leur avis, y compris des footballeurs ». Greg Clarke suggère que les instances officielles, c’est-à-dire le championnat de première division (Premier League), la ligue nationale (Fooball League) et la fédération nationale anglaise (FA) pourraient unir leurs efforts afin que les joueurs de football gays qui souhaitent sortir du placard puissent le faire ensemble, dès le début de la saison. Clarke ne précise pas quelle saison, mais on présume qu’il s’agirait de la saison 2017-2018, donc vers la mi-août 2017.

Selon Greg Clarke, les footballeurs professionnels sont prêts à soutenir leurs coéquipiers gays, mais il se dit moins sûr que ce soit le cas s’il s’agissait de gays dans l’équipe adverses. De plus, il ne veut surtout pas faire du coming out footballistique un exercice imposé, chaque joueur restant libre d’être ouvertement homosexuel ou de rester dans le placard, quelles qu’en soient les raisons.

Autrement dit, les instances du football britannique sont prêtes à contribuer au coming out des footballeurs professionnels de premier plan. Pour les footballeurs gays de premier plan, un coming out collectif serait potentiellement plus facile à vivre que de subir la pression d’une sortie de placard individuelle.

Antoine Griezmann serait sorti du placard s’il avait été gay

Sortirais-tu du placard si tu étais gay ? « Je crois que je le ferais. » C’est ce que répond Antoine Griezmann, dans une interview publiée le 6 juin 2017 par le supplément Icon du quotidien espagnol El País. Mais l’attaquant de l’équipe de France et de l’Atlético Madrid reconnaît que ce serait sans doute plus facile à dire qu’à faire.

Antoine Griezmann

Antoine Griezmann, ici pendant l'Euro 2016. Hétéro, fashion victim et respecteux des footballeurs gays. ©Laurence Griffiths/Getty Images

De fait, admet Griezmann, le football est rempli de gens qui font les forts et les durs. Si les footballeurs gays choisissent de ne pas faire leur coming out, c’est par peur de ce que diraient les gens qui évoluent dans ce milieu. Et aussi, « parce qu’il y a beaucoup de gens mauvais dans le football », les gays craindraient d’aller au stade et de se faire insulter.

Voilà pourquoi les gays préfèrent rester dans le placard. Dommage que l’intervieweur n’ait pas demandé à Antoine Griezmann s’il y a des footballeurs gays à l’Atlético Madrid.

L’attaquant de 26 ans ne verrait aucun problème à ce qu’il y ait des joueurs ouvertement gays dans le football de haut niveau. En revanche il ne se prononce ni comme Manuel Neuer pour un coming out de footballeurs gay, ni comme Philipp Lahm et Oliver Kahn contre une sortie de placard.

En couple avec Erika Choperena (update : Antoine Griezmann a épousé Erika Choperena le 15 juin 2017), le jeune play-boy dit que personne de son équipe ne l’a jamais embrassé sur la bouche et qu’il n’aime(rait) pas ça. Il reconnaît toutefois avoir déjà vu cela plusieurs fois sur un terrain de foot.

On apprend, au détour de l’interview, qu’Antoine Griezmann est très soucieux de son apparence physique et vestimentaire. Il est même féru de mode. Ça tombe bien, sa compagne Erika est une blogueuse de mode.

L’idole d’Antoine au regard de l’élégance, c’est David. Beckham, évidemment. Même s’il sortait en pyjama, affirme-t-il, David Beckham aurait du style.

Quant à la garde-robe d’Antoine Griezmann, deux de ses objets fétiches sont « une chemise rose Yves Saint Laurent » et « une veste en jean Gucci ». Heureusement, le football de – très – haut niveau lui donne largement les moyens d’enrichir sa garde-robe.

Philca / MensGo
(via Daily Mirror du 23 octobre 2015)

Pas de commentaire.

Ajouter un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *