Jared Polis, premier gay (mais pas premier LGBT) à devenir gouverneur d’un État américain

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (Pas encore d'évaluation)
Loading...

Jared Polis, premier gay (mais pas premier LGBT) à devenir gouverneur d’un État américain

(Blogmensgo, blog gay du 10 novembre 2018) Les élections générales de mi-mandat, qui se tenaient le 6 novembre 2018 aux États-Unis, ont livré des scrutins à l’issue parfois étonnante. En revanche, c’est sans surprise que le député gay Jared Polis est devenu le nouveau gouverneur élu du Colorado, et que Kim Davis, qui avait fait de la prison en 2015 pour refus de célébrer des mariages gays, a perdu son poste de greffière du comté de Rowan par la voie des urnes.

Jared Polis devient le premier gouverneur ouvertement gay

Les électeurs du Colorado ont élu au poste de gouverneur un millionnaire démocrate, Jared Polis, 43 ans, qui l’a emporté face au candidat républicain Walker Stapleton avec environ 52 % des voix (après dépouillement de 88 % des bulletins). C’est la première fois qu’un politicien ouvertement gay deviendra gouverneur d’un État américain lors de sa prise de fonctions en janvier 2019.

Polis fut aussi, en 2008, le premier homme politique ouvertement gay élu à la Chambre fédérale des représentants. Il a constamment été réélu depuis lors. C’est dire que son homosexualité n’est plus un sujet de campagne électorale depuis fort longtemps, bien que l’on dénombre aujourd’hui seulement sept élus gays – dont Polis – au Congrès américain.

Santé, éducation, énergie. Telles étaient les priorités affichées par Jared Polis pendant la campagne des midterm elections.

Un autre gay, Jim McGreevey, était déjà devenu gouverneur dans les années 2000, sauf qu’il était encore dans le placard avant son élection et n’en est sorti que peu avant la fin de son mandat en 2004.

À vrai dire, Jared Polis n’est que la deuxième personne LGBT à remporter un siège de gouverneur aux États-Unis. Dans l’Oregon, sa collègue démocrate Kate Brown fut élue en 2015 et réélue en 2017 après avoir officialisé sa bisexualité dans les années 2000.

Siégeant au Congrès fédéral depuis 2009, Jared Polis a déjà eu l’occasion de déposer ou soutenir des propositions de loi favorables à la communauté LGBT, par exemple pour faire abroger la loi de 1996 « pour la défense du mariage », appelée aussi loi Doma (Defense of Marriage Act), et la loi de 1994 sur la stigmatisation systématique des personnes LGBT par l’armée, surnommée Don’t ask, don’t tell (ne rien demander, ne rien dire).

Jared Polis n’est pas seulement un précurseur en politique à travers son orientation sexuelle non cachée. Ce diplômé de Princeton – où il fut admis dès l’âge de 16 ans – est aussi un précurseur de l’internet marchand, où il a construit sa fortune dans la décennie 1990. Geek passionné de jeux vidéo, il finance plusieurs organisations caritatives, dont sa propre Jared Polis Foundation qui vient en aide à l’enseignement et à l’essor d’une culture informatique et technologique.

Jared Polis et Marlon Reis

Jared Polis (dr.) et Marlon Reis,avec leurs deux enfants : le bonheur est dans le pré(électoral) ! ©polisforcolorado.com

Polis vit en couple avec Marlon Reis depuis la décennie 2000. Ils ont un garçon et une fille.

Kim Davis, désavouée par les électeurs

Les électeurs du comté de Rowan, dans le Kentucky, ont élu Elwood Caudill Jr au poste de greffier (qui englobe la direction du bureau de l’état civil). Le candidat démocrate a sèchement battu la greffière sortante, Kim Davis, qui depuis trois ans était devenue une icône de la droite ultrareligieuse homophobe.

Voici les promesses de campagne – incluant un traitement identique pour tous les candidats au mariage – livrées à la mi-octobre 2018 par Elwood Caudill Jr. Il s’agit, hélas ! d’un simple document audio enregistré par un piètre orateur…

On rappellera que Kim Davis avait refusé, il y a trois ans, de délivrer des licences de mariage entre personnes de même sexe sous un prétexte soi-disant religieux. Elle avait notamment éconduit David Ermold, qui souhaitait alors épouser l’homme de sa vie. Malgré ses cinq journées d’emprisonnement, Kim Davis n’a pas été déclarée inéligible et a donc pu continuer d’assumer sa fonction (elle a toutefois renoncé à délivrer elle-même des licences de mariage) et même briguer un nouveau mandat.

Un ami roumain me signale que les bigots homophobes de son pays ont fait eux aussi de Kim Davis une icône LGBTphobe, cette fois-ci en amont du référendum qui s’est traduit, le week-end du 6 octobre 2018, par un fiasco pour le clan homophobe.

Entre-temps, David Ermold a réuni des fonds pour se présenter contre Davis, mais il a perdu en mai 2018 l’investiture démocrate face à Elwood Caudill Jr, qui avait changé de parti en 2015 après avoir été battu de quelques voix seulement par Davis lors du scrutin de 2014. Caudill a déclaré, avant d’être élu contre Davis, qu’il traiterait tous les couples demandant une licence de mariage exactement de la même manière, quelle que soit leur orientation sexuelle.

Philca / MensGo

Pas de commentaire.

Ajouter un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *