Homophobie : l’Union européenne dresse un état des lieux alarmant

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (Pas encore d'évaluation)
Loading...

Homophobie : l’Union européenne dresse un état des lieux alarmant

(Blogmensgo, 17 mai 2013) Comme tous les 17 mai, c’est aujourd’hui la Journée internationale de lutte contre l’homophobie. L’événement me semble beaucoup mieux couvert par les médias français que l’an dernier, peut-être à cause de – ou grâce à – la longue gestation de la loi sur l’ouverture du mariage aux personnes homosexuelles. Je me bornerai donc à évoquer une importante étude européenne.

[Update du 17 mai 2013. Le Conseil constitutionnel a lutté à sa manière contre l’homophobie, en validant ce jour la loi française sur l’ouverture du mariage aux personnes homosexuelles (décision n° 2013-669 DC du 17 mai 2013).]

🙂 🙂 🙂 🙂 -- 🙂 🙂 🙂 🙂 -- 🙂 🙂 🙂 🙂

Rapport en PDF : EN | FR | DE | NL
Synthèse visuelle en PDF : EN
Chiffres-clés ici (PDF en fin de page, langues multiples)

L’Agence des droits fondamentaux de l’Union européenne (FRA) présente aujourd’hui les conclusions d’une « enquête sur les crimes de haine et la discrimination à l’égard des personnes LGBT » (site web | page Facebook). La plus vaste initiative du genre en Europe, puisque cette enquête en ligne amorcée l’an dernier (cf. notre article du 5 avril 2012) s’appuie sur les réponses de 93 000 personnes LGBT vivant dans l’Union européenne et en Croatie.

Ci-dessous, un aperçu des résultats en vidéo et en anglais :

En moyenne, 66 % des répondants – voire 75 % chez les gays et les hommes bisexuels – disent avoir peur de tenir la main de leur partenaire en public. Il est vrai qu’un quart des répondants (26 %) a subi des agressions ou des menaces de violence au cours des cinq années précédentes.

La discrimination commence dès l’école, où 80 % des personnes interrogées se souviennent de sarcasmes ou intimidations à l’encontre de personnes LGBT, 60 % des répondants disant faire partie des victimes de tels comportements.

Après l’école, le travail. Une personne LGBT sur cinq (19 %) s’est sentie discriminée dans sa recherche d’emploi.

Ces quelques chiffres attestent à quel point il faudrait beaucoup plus qu’une seule journée par an pour infléchir ou faire disparaître les facteurs d’homophobie, de lesbophobie, de biphobie et de transphobie. L’agence FRA s’est appuyée sur les résultats de son enquête – administrée par Gallup – pour émettre un certain nombre de recommandations qu’elle transmettra aux États membres de l’Union européenne.

Pour plus de détails, consulter les liens que j’ai mentionnés ci-dessus.

Philca / MensGo
(via toute la presse, dont NouvelObs.com du 17 mai 2013)

1 réponse

  1. Je trouve cela paradoxal que les agressions homophobes se multiplient alors que l’on assiste à une réelle avancée des droits des homos. Je pense que cela prouve que les mentalités ne changent pas aussi rapidement qu’on le souhaiterait.

Ajouter un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *