La littérature LGBT débarque en numérique !

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (Pas encore d'évaluation)
Loading...

La littérature LGBT débarque en numérique !

Livre Croatie

La Croatie, ses plages naturistes regorgeant de beaux mecs… et de galets. ©Petitfute.com.

(Blogmensgo, 21 mai 2012) Depuis avril 2012, les sites de vente de livres numériques (ebooks) voient fleurir les titres consacrés à des thématiques LGBT. Des « livres pratiques », mais aussi des romans traditionnels et de la littérature plus ou moins porno. On en trouvera ci-dessous quelques exemples avec, en prime, deux ou trois conseils.

Que l’on ne s’y méprenne pas. L’actuelle floraison d’ebooks à thématique gay, lesbienne ou trans ne correspond pas à une quelconque frénésie éditoriale temporaire. Il s’agit, le plus souvent, d’une réédition en numérique de titres déjà parus en version papier il y a des mois, voire quelques années. C’est ainsi que le livre de Franck Chaumot intitulé Homo-ghetto – Gays et lesbiennes dans les cités vient de sortir au format numérique ePub (ici chez Feedbooks) alors que la version papier remonte à octobre 2009 (ici chez Amazon.fr).

De même le récit Je bande donc je suis du sulfureux Érik Rémès – dont une édition papier avait déjà été republiée il y a quelques années – trône-t-il depuis plusieurs semaines sur les cyberétalages de Feedbooks (qui référence trois titres de ce même auteur) et chez certains de ses concurrents.

On notera que nombre de ces reparutions en numérique sont le fait d’un seul et même éditeur : La Musardine, à la fois librairie et maison d’édition spécialisée dans le texte libertin. Autrement dit, un chantre de la littérature érotique et pornographique.

Il paraît – mais je n’ai pas de chiffres précis – que ses collections Osez et Osez (20 histoires de…) font un tabac sans fumée sur le Net.

Le certain est que les cyberlibrairies en général, les plus petites en particulier (à commencer par Feedbooks et ePagine, que j’affectionne tout spécialement), n’hésitent pas à mettre en vitrine les ebooks de La Musardine. L’explication est à la fois simple et double. Primo, La Musardine et plusieurs cyberéditeurs décomplexés n’hésitent pas à vendre des livres à faible prix, taillés sur mesure pour l’achat d’impulsion (lubrique). De plus, La Musardine et consorts proposent des ebooks sans DRM, c’est-à-dire sans verrous numériques pénalisant pour l’acheteur.

Une troisième raison explique le succès des ebooks à thématique LGBT ou à contenu érotique : l’anonymat. Les librairies en ligne traditionnelles garantissent elles aussi l’anonymat lors de l’achat, mais un livre papier reste visible aux yeux de tous même si on l’a acheté en catimini. Et nombre de lecteurs préféreraient se faire pendre plutôt que se faire prendre en train de lire un bouquin de cul ou un livre avec le mot gay en première de couverture. Alors qu’avec un ebook, nul ne peut voir ce que le lecteur lit sur sa liseuse.

C’est sans doute cette dernière raison qui incite les éditeurs à multiplier les ebooks de cette nature, quitte à donner une seconde vie à des titres déjà rentabilisés (ou pas). La Musardine a parfaitement compris que l’ebook décomplexe plus d’un internaute, et n’hésite pas à publier aussi des textes relatifs à la sexualité au sens large mais sans contenu érotique. Par exemple Osez faire votre coming out, de Paul Parant (oui, celui de Têtu), dont la version papier sortie en mars 2012 est disponible en ebook depuis avril.

Quant aux cyberlibrairies, elles ont bien compris le filon. Et n’hésitent pas à créer des catégories « Gay », « LGBT », etc., afin de faciliter le choix des internautes – et de susciter des ventes.

La collection « Petit Futé » n’a pas attendu l’invasion des tablettes et liseuses pour proposer des ebooks à petit prix. Une opération valable jusqu’au 27 mai 2012 propose même aux internautes, à seulement 2,99 euros l’unité, l’équivalent au format ePub (pour liseuse ou tablette) ou au format mobi (pour le Kindle d’Amazon) de guides touristiques dont la version papier oscille habituellement entre une douzaine et une quinzaine d’euros. Plusieurs centaines de titres sont ainsi bradés, sans DRM et en toute légalité. On trouvera la liste des titres concernés sur le blog de Feedbooks.

Arnaque ? Pas du tout. J’ai testé une demi-douzaine de titres sur liseuse, ils sont d’une qualité graphique fort honorable pour peu que l’on ne soit pas trop regardant sur l’orthographe. Le rendu est techniquement impeccable.
En revanche, de nombreux titres seront bientôt remplacés par de nouvelles éditions à paraître notamment en juin et octobre 2012. Mieux donc vérifier qu’un éventuel achat ne soit pas périmé dans quelques jours. Pour ce faire, aller sur Amazon.fr puis chercher "petit futé" et afficher par dates de parution, ou faire porter la recherche sur un titre précis.

L’homosexualité n’est d’ailleurs pas absente du catalogue Petit Futé. J’en veux pour preuve Paris gay et lesbien publié en 2012 et Week-ends gay et lesbien en Europe publié il y a tout juste un an. En survolant le premier de ces deux ebooks, j’ai trouvé une foule de références et d’URL dont je ne soupçonnais même pas l’existence. Il y a aussi chez ce même éditeur un troisième titre LGBT, un peu plus ancien (2010 ?), dont je n’ai retenu le titre.

Bref, de quoi rentabiliser l’achat d’une liseuse. Faut-il ensuite que la qualité soit au rendez-vous. Outre une orthographe perfectible, les guides du Petit Futé pèchent par un excès compilatoire de prétendues « bonnes adresses » qui confine au simple recopiage sans réelle valeur ajoutée. En revanche, les versions numériques sont fort pratiques sur une tablette, grâce à l’interactivité qu’apportent les URL accompagnant chaque adresse.

D’une manière générale, évitez autant que faire se peut les éditeurs qui privilégient les DRM et les tarifs élevés. Ce sont souvent les mêmes, comme par hasard. On notera par ailleurs que les tarifs ne présagent en rien de la qualité intrinsèque. Ainsi ai-je acheté des ebooks émanant de « grands » éditeurs, dont le niveau de qualité typographique oscille entre le médiocre (Gallimard, Flammarion) et le nullissime (Grasset).

Autant préférer à ces « grands éditeurs » autoproclamés d’autres grands éditeurs plus soucieux de leurs clients, tant par la qualité que par les tarifs, à l’image de la collection « Bouquins » de Robert Laffont (malgré un format d’empagement assez curieux) et surtout du Seuil (qui fait un réel effort tarifaire et qualitatif).

Bonne lecture !

Philca / MensGo

2 réponses

  1. Alex

    Bonjour,
    il y a aussi de petites maisons d’éditions qui éditent des livres gays. Romance, policier, SF, toute sorte de genres. Evidemment, elles ne sont pas encore très connue, mais elles font leur petit chemin 🙂
    MxM Bookmark est l’une d’entre elles par exemple

  2. philca

    Oui, j’en ai bien conscience – et ça va mieux en le rappelant. 🙂

    Le « problème » avec la série d’articles que j’avais consacrés à la littérature numérique, c’est que la rédaction – liens à l’appui – est particulièrement chronophage.

    J’essaierai de m’y remettre à temps perdu. Sachant sur certaines librairies en ligne n’hésitent plus à créer des catégories ou rayons « homosexualité » ou « littérature gay » ou « LGBT ».

Ajouter un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *