Homosexualité et littérature francophone, peut-être en 2013 à l’île Maurice

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (Pas encore d'évaluation)
Loading...

Homosexualité et littérature francophone, peut-être en 2013 à l’île Maurice

Photo de casquette

À Maurice, on fait souvent porter le chapeau aux gays – et tout le reste n’est que littérature. ©DR.

(Blogmensgo, 13 septembre 2012) Le prochain congrès annuel du Conseil international d’études francophones (Cief) se tiendra du 9 au 16 juin 2013 à Grand-Baie, station balnéaire très chic de l’île Maurice. Dans un appel à sessions (en PDF), les organisateurs cherchent des orateurs susceptibles de s’exprimer sur le thème que voici : « Homosexualité et littératures francophones : identité, altérité, diversité ».

Quel traitement les littératures francophones réservent-elles à l’homosexualité ? La question appelle des développements relatifs à la question identitaire, à l’ouverture sur le monde ou au repli sur soi, au témoignage ou au rejet, etc. Il s’agira aussi de déterminer si, comment et dans quelle mesure l’homosexualité dans les productions littéraires est influencée par des éléments culturels, politiques et juridiques. Enfin, il sera demandé si « cet arc-en-ciel littéraire » bénéficie d’un rôle spécifique de la langue française.

Telles sont quelques pistes de travail suggérées aux éventuels conférenciers qui voudront s’exprimer sur le sujet. Les candidats ont seulement jusqu’au 3 octobre 2012 pour soumettre leur projet de communication (en 250-300 mots, plus une notice biobibliographique) à Sophie Croiset, organisatrice de la session.
(La contacter par courriel à l’adresse sophiecroiset[chez]hotmail[point]fr en remplaçant [chez] par @ et [point] par un point. Ce libellé antispam vise aussi à tester le niveau de cérébration de l’internaute…)

La session « Homosexualité et littératures francophones » ne se tiendra d’une manière effective que si les communications proposées sont au rendez-vous, tant par leur nombre que par leurs qualités intrinsèques.

Le congrès annuel du Cief réunit quelque 300 à 600 participants du monde entier. Sauf exceptions, les conférenciers et les congressistes ne sont pas défrayés.

Commentaire. Maurice n’est pas forcément l’endroit le plus idéal pour parler d’homosexualité. Même si cette destination soi-disant paradisiaque compte parmi les pays signataires de l’Appel du 18 décembre 2008 lancé auprès de l’ONU pour la dépénalisation universelle de l’homosexualité (cf. notre article du 22 décembre 2008), l’homosexualité y reste plus ou moins taboue. Et la sodomie demeurait encore interdite par l’article 250 du code pénal à la mi-août 2012 (lire aussi cet excellent billet pour se faire une idée de l’homophobie ambiante).

Le Cief a relégué son appel à propositions pour une session « homosexualité et littératures » au fin fond d’un document PDF en mode image, donc avec un texte non susceptible d’être déniché grâce à un moteur de recherche. La coïncidence est pour le moins troublante.

Terminons sur une anecdote plus souriante. On peut acheter des produits dérivés (t-shirts, casquettes, cahiers, mugs, sacs, etc.) estampillés Cief. Mais sur un site exclusivement anglophone, malgré un nom de domaine en .fr.

Philca / MensGo
(via Fabula.org du 11 septembre 2012)

Pas de commentaire.

Ajouter un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *