Genève veut créer une Internationale des villes contre l’homophobie

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (Pas encore d'évaluation)
Loading...

Genève veut créer une Internationale des villes contre l’homophobie

Photo de pièces de monnaie

Genève veut rendre l'homophobie aussi ringarde que des pièces démonétisées. © Photoxpress.com / Twilight Art Pictures.

(Blogmensgo, 29 novembre 2010) Le conseil municipal genevois a adopté à l’unanimité, le 23 novembre 2010, une résolution suggérant que Genève crée et fédère une « coalition des villes contre l’homophobie ». Le conseil administratif de Genève – c’est-à-dire l’organe exécutif de la métropole francophone – est invité à étudier les discriminations fondées sur « l’identité sexuelle et l'identité de genre », afin de préparer l’élaboration d’une structure internationale fédérant des villes du monde entier, des organisations internationales et des associations spécialisées.

Les conseillers municipaux, toutes tendances politiques confondues, souhaitent ainsi voir Genève impulser contre l’homophobie un mouvement international comparable à celui de la coalition internationale des villes contre le racisme. Genève est membre des coalitions internationale et européenne contre le racisme, de même que Berne et Lausanne, mais aussi, parmi des métropoles ayant un(e) maire gay ou lesbienne, Paris, Berlin et Zurich. On imagine mal ces trois dernières villes refuser de faire alliance contre l’homophobie.

Le projet de Genève sera présenté à São Paulo, du 4 au 9 décembre 2010, à l’occasion de l’assemblée annuelle de l’International Lesbian, Gay, Bisexual, Trans and Intersex Association (Ilga), dont sont membres des métropoles européennes de premier plan comme Amsterdam, Barcelone ou Bruxelles.

Commentaire. Les premières Assises contre l’homophobie (cf. notre article du 3 septembre 2009) ont bien eu lieu l’an dernier à Genève, c’est-à-dire dans un pays où n’importe quel employé de bureau peut légalement affirmer en toute impunité que les homosexuels sont des déviants.
Pas si loin de là, dans la ville de Lyon, les récentes déclarations du maire Gérard Collomb donnent un poids nouveau à la perspective d’une légalisation du mariage homosexuel dans un pays – la France – où l’homophobie adopte trop volontiers des formes juridiquement inattaquables.
Autrement dit, les bonnes paroles ne suffisent pas. Il faudra aussi des actes – et des lois conformes aux enjeux.

Philca / MensGo
(via 360° du 24 novembre 2010)

Pas de commentaire.

Ajouter un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *