Aux États-Unis, 60 % d’électeurs favorables au mariage gay

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (Pas encore d'évaluation)
Loading...

Aux États-Unis, 60 % d’électeurs favorables au mariage gay

(Blogmensgo, blog gay du 16 février 2015) Selon un sondage de Greenberg Quinlan Rosner mené fin janvier 2015 pour Human Rights Campaign (HRC), 60 % des personnes interrogées sont favorables au mariage homosexuel (contre 37 %). Et 43 % se disent même « très favorable » au mariage entre personnes de même sexe. Du jamais-vu aux États-Unis.

Mariage gay, 43 % « tout à fait » pour et 28 % « tout à fait » contre…

Cliquer pour agrandir. ©HRC.

Greenberg Quinlan Rosner est une officine réputée proche du Parti démocrate. Son récent sondage corrobore toutefois deux études antérieures. En octobre 2014, un sondage commandité par ABC News et Washington Post évaluait à 56 % le taux d’opinions favorables au mariage gay, soit quasiment le même chiffre qu’un sondage diffusé en février 2014 par le New York Times et CBS News.

Cette fois-ci, dans les 37 États où le mariage entre personnes de même sexe est maintenant légal, Greenberg Quinlan Rosner constate que 64 % des personnes inscrites sur les listes électorales – pour les élections générales de novembre 2016 – s’y déclarent favorables.

Aujourd’hui, huit Américains sur dix affirment connaître une personne LGBT et 46 % des répondants disent connaître un couple de même sexe qui est marié ou pacsé. Sur cet échantillon de 46 %, les trois quarts (75 %) se considèrent favorables au mariage gay et lesbien.

L’hostilité au mariage gay perd du terrain dans toutes les catégories d’électeurs où elle prospérait naguère, constate HRC : chez les catholiques, chez les protestants évangélistes, chez les habitants du Sud profond (50 % pour le mariage gay et « seulement » 47 % contre), chez les non-diplômés, et même chez les seniors (48 % pour et 50 % contre) et parmi les adeptes du Parti républicain (35 % pour mais encore 61 % contre).

Méthodologie. Sondage effectué aux États-Unis, du 25 au 31 janvier 2015, auprès de 1 000 personnes susceptibles de voter aux élections générales de 2016 (personnes majeures inscrites sur les listes électorales).

Commentaire. Gardons-nous de tout triomphalisme prématuré.

D’abord parce que le sondage de Greenberg Quinlan Rosner admet une marge d’erreur supérieure à 3 %. De plus, la réputation de cette officine est loin de valoir celle de Pew Research en matière de sondages.

Ensuite parce que mathématiquement, le Non peut encore l’emporter. C’est peu plausible mais cela reste dans le domaine du possible. Il suffit pour cela d’ajouter, aux personnes à conviction forte, le « ventre mou » des opinions à géométrie variable, c’est-à-dire des gens qui préfèrent dire « plutôt » que « tout à fait ». Ils sont 17 % dans le camp du Oui et 9 % dans le camp du Non, soit 26 %. À supposer que s’opère un report complet vers le camp du Non, on obtiendrait un total théorique de 54 % de personnes hostiles au mariage homo (soit 28 % de « tout à fait » opposés, plus 26 % de « plutôt » favorables ou « plutôt » opposés).

N’oublions pas non plus que sur des questions sociétales majeures, les électeurs ont tendance à ne se décider qu’à l’ultime instant, sans toujours tenir compte de leur opinion antérieure. Que l’on soumette à référendum une question comme la peine de mort – et je suis certain que, même dans des pays qui l’ont abolie depuis plusieurs décennies, la peine de mort pourrait de nouveau entrer en vigueur.

Pourquoi interroger des personnes inscrites sur les listes électorales ? Et pourquoi les élections de novembre 2016 ? Parce qu’aux États-Unis les élections générales s’accompagnent toujours de référendums locaux sur toutes sortes de sujets, y compris la question du mariage homosexuel. Mais la Cour suprême fédérale aura peut-être, entre-temps, mis tout le monde d’accord (pour que le mariage gay devienne un droit constitutionnel intangible).

Philca / MensGo
(via Politico du 13 janvier 2015)

Pas de commentaire.

Ajouter un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *