Out in the Line-up montre le vague à l’âme des surfeurs gays

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (Pas encore d'évaluation)
Loading...

Out in the Line-up montre le vague à l’âme des surfeurs gays

(Blogmensgo, blog gay du 17 juillet 2014) Le Festival du film de surf d’Anglet (France) a décerné la « mention spéciale du jury » aux réalisateurs australiens Thomas Castets et Ian W. Thomson pour leur documentaire Out in the Line-up sur l’homosexualité dans le surf. Ce n’est pas la première récompense pour ce documentaire militant au parcours atypique.

Out in the Line-up : site | Facebook | synopsis complet en anglais et en français

Ci-dessous, la bande-annonce du documentaire.

Le documentaire de Thomas Castets, par ailleurs fondateur du site GaySurfers.net, dénonce l’omertà qui pèse sur l’homosexualité dans le surf. Pour ce faire, les coréalisateurs ont suivi en 2011 deux surfeurs gays sur les spots de Hawaï et du Mexique, de l’Australie et des Galápagos. Les deux protagonistes sont l’ancien champion de surf australien David Wakefield – qui est sorti du placard après vingt années de carrière – et son compagnon Thomas.

Pourquoi et comment un sport originellement épris de liberté en est-il venu à baigner dans une stigmatisation homophobe ? Le documentaire met en lumière les stéréotypes et les idées reçues, et montre la responsabilité écrasante des sponsors et des médias dans leur perpétuation. C’est pourquoi, sauf rarissimes exceptions, les surfeurs professionnels optent systématiquement pour une pratique sportive à l’intérieur du placard.

Affiche du docu <em>Out in the Line-up</em>

Le tabou dans ce sport concerne surtout l’homosexualité masculine, les surfeuses étant plus ouvertes à prendre une bonne vague qui ne noie pas les lesbiennes.

Le documentaire avait déjà reçu une demi-douzaine de prix dans des festivals du monde entier avant d’être de nouveau primé à Anglet.
Il a la particularité d’être né grâce à une opération de financement participatif (crowdfunding) sur Kickstarter. Le principal donateur est l’écrivain et producteur Taro Gold, qui a offert 15 % du financement requis, les 30 000 dollars australiens demandés (environ 20 000 euros) ayant par ailleurs été largement dépassés.

Philca / MensGo

Pas de commentaire.

Ajouter un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *