Une Saint-Patrick sur fond d’homophobie à New York et Boston

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (Pas encore d'évaluation)
Loading...

Une Saint-Patrick sur fond d’homophobie à New York et Boston

(Blogmensgo, blog gay du 18 mars 2014) Les défilés de la Saint-Patrick à New York et à Boston, le 17 mars 2014, ont eu lieu en l’absence des principaux sponsors. Motif : l’interdiction faite aux participants d’afficher leur appartenance à la communauté LGBT.

Les traditionnels défilés de la Saint-Patrick à New York et à Boston sont les plus importantes manifestations honorant le saint patron de l’Irlande en dehors de ses frontières. Mais pour le millésime 2014, la parade new-yorkaise avait perdu tous ses sponsors majeurs à l’exception de Ford, tandis que plusieurs sponsors de premier plan boudaient la parade bostonienne.

La principale cause du boycott était l’interdiction faite aux participants, à titre individuel ou en groupe, d’afficher publiquement leur appartenance ou leur soutien à la communauté LGBT. Les organisateurs de la parade à Boston avaient ainsi interdit à un groupe d’anciens combattants gay de défiler en tant que tel.

Des manifestants ont fait part de leur colère, mais en marge du cortège officiel :

Les marques de bières Guinness et Heineken ont ainsi boycotté à New York une parade qu’elles sponsorisent depuis des lustres (Guinness avait toutefois donné sa subvention avant que les organisateurs n’annoncent leur initiative homophobe). À Boston, le brasseur Boston Beer (filiale de Sam Adams) a fait de même. Martin Walsh, maire de Boston et originaire d’Irlande, a boycotté le défilé tout comme son homologue Bill de Blasio à New York et comme la plupart des élus des deux métropoles. De Blasio a certes pris un petit-déjeuner avec le Premier ministre irlandais Enda Kenny, mais sans défiler ensuite avec lui sur la 5e Avenue.

Plus friendly à Dublin

L’initiative des organisateurs à New York et Boston est d’autant plus étonnante que depuis deux ans, le défilé de la Saint-Patrick à Dublin se fait avec la participation très officielle des collectifs Dublin Pride and BeLonG To. Le Premier ministre irlandais a maintenu sa présence à l’avant-défilé de Boston et au défilé de New York en affirmant que les deux parades se focalisaient « sur notre irlandité et non sur la sexualité ».

Quatre heures de défilé à New York, dont une partie sous la neige :

Les organisateurs – notamment un collectif d’anciens combattants à Boston – ont justifié leur mot d’ordre homophobe par des considérations essentiellement religieuses. Selon eux, les textes sacrés et la tradition catholiques proscrivent l’homosexualité. La référence au catholicisme s’explique par le fait que l’Irlande fut évangélisée par saint Patrick et que les défilés de la Saint-Patrick étaient autrefois des manifestations religieuses.

La bière coule à flots, le fric aussi

Les deux défilés sont particulièrement importants aux yeux des communautés d’origine irlandaise, mais aussi pour les villes d’accueil et les sponsors. Selon des chiffres prévisionnels, la parade new-yorkaise a vu 1 million de personnes assister au défilé de 200 000 participants.

En résumé et en deux minutes :

Le 17 mars, jour de la Saint-Patrick, suscite à lui seul 2,1 % de la consommation annuelle de bière aux États-Unis ; Guinness avait initialement maintenu son soutien aux organisateurs, mais la marque irlandaise a changé d’avis par peur de devenir elle-même la cible d’un boycott à New York et ailleurs.

Philca / MensGo
(via Le Figaro du 17 mars 2014)

Pas de commentaire.

Ajouter un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *