L’association Le Refuge a reçu trois fois plus d’appels en 2012

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (Pas encore d'évaluation)
Loading...

L’association Le Refuge a reçu trois fois plus d’appels en 2012

(Blogmensgo, 3 janvier 2013) La ligne d’écoute nationale de l’association française Le Refuge a reçu 434 appels en 2012 contre 146 appels en 2011 [update : il s’agit là des moyennes mensuelles]. Le Refuge, qui vise à aider les jeunes gays et lesbiennes en rupture familiale, estime par la voix de son président Nicolas Noguier que le triplement des appels est imputable à « une homophobie qui était déjà latente dans la société » française.

Le Refuge : site web | page Facebook

Le nombre d’appels a fortement augmenté depuis novembre 2012, quand a commencé le débat sur le mariage pour tous en France. En décembre 2012, l’association a reçu 212 appels, dont 31 appels passés le soir de Noël.

La motivation des appels a également changé par rapport aux années précédentes. Alors qu’ils émanaient auparavant de gays et lesbiennes en rupture familiale directe (à l’occasion d’un coming out ou d’une découverte de leur homosexualité), les appels, surtout depuis fin 2012, concernent de plus en plus des situations de rupture indirecte : critiques acerbes contre le projet de loi sur le mariage homosexuel de la part des familles, mais aussi des camarades d’école.

Il en résulte « un nombre d’agressions supérieur et surtout beaucoup de mal-être », précise Nicolas Noguier dans une brève interview à RTL (lien ci-dessous).

On note une « forte augmentation des adhérents et donateurs en 2012 », se réjouit toutefois le président du Refuge sur la page Facebook de l’association, tout en déplorant que le gouvernement français n’ait mené aucune action de sensibilisation afin de prévenir la récente « extériorisation de l’homophobie ».

Commentaire. Si l’homosexualité est un peu mieux acceptée en France, l’homophobie la plus viscérale n ’y a pas reculé pour autant. Les résultats du sondage Ifop dévoilés le 3 janvier 2013 par l’hebdomadaire Valeurs actuelles (classé très à droite) attestent, en forme d’ombre chinoise, d’une persistance du climat homophobe.

Que 69 % des répondants – à une question elle-même assez orientée – affirment nécessaire la tenue d’un référendum sur le mariage pour tous et l’adoption homoparentale n’est en effet aucunement un signe de souci pluraliste. Bien au contraire. Sauf rarissimes exceptions, les sujets sociétaux sensibles – qui font débat ou polémique – sont incapables de franchir l’obstacle du référendum lorsqu’il se présente, car la société est toujours plus conservatrice et frileuse qu’elle ne prétend l’être. C’est le cas en France comme presque partout ailleurs. S’il avait fallu s’en tenir à un référendum, jamais la France n’aurait aboli la peine de mort ni autorisé le droit à l’avortement.

Et il en irait de même pour le mariage homosexuel. Si l’idée d’un référendum sur la question séduit respectivement 86 % de la droite proche de l’UMP et 84 % de l’extrême droite proche du FN, pas moins de 55 % des sympathisants de la gauche se disent eux aussi favorables à un tel référendum.

Outre le contexte d’une question au libellé parfois contestable, les répondants ignorent pour la plupart à quel point un référendum est l’outil privilégié des populistes, qui l’utiliseront plus volontiers pour faire valider des options liberticides que pour matérialiser une volonté de progressisme sociétal.

Philca / MensGo
(via BFM TV du 2 janvier et RTL du 3 janvier 2012)

Pas de commentaire.

Ajouter un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *