Malgré les coups et les quolibets, le défilé défila

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (Pas encore d'évaluation)
Loading...

Malgré les coups et les quolibets, le défilé défila

Vladimir Poutine, Premier ministre de la Russie(Blogmensgo, 2 juin 2008) Des œufs, des insultes et des coups. C’est ce qu’ont reçu les homosexuels russes et étrangers qui manifestaient contre l’homophobie, le 1er juin 2008 à Moscou. Une banderole réclamait « des droits pour les gays et lesbiennes » en Russie, pays où l’homophobie et le racisme sont monnaie courante.

Une contre-manifestation, rassemblant pour l’essentiel des ultraorthodoxes et des membres de groupuscules d’extrême droite, s’est d’abord contentée d’injurier les manifestants homosexuels avant de rosser l’un d’entre eux. Les injures privilégiaient les thématiques d’inspiration religieuse : la perversion et l’enfer.

La manifestation antihomophobie avait été interdite par les autorités. Le maire de Moscou lui-même, Iouri Loujkov, considérait le défilé homosexuel comme une « œuvre de Satan ». Une opinion partagée par de nombreux Russes.

Les forces de l’ordre ont interpellé une douzaine de contre-manifestants.

Deux précédentes tentatives de défilé avaient avorté face aux violences commises par de jeunes homophobes extrémistes (lire ici et ). Le nouveau président russe Dimitri Medvedev semble légèrement mieux disposé à l’égard de la communauté gay que son prédécesseur Vladimir Poutine (photo © Elysee.fr), désormais Premier ministre.

Les homosexuels ne sont guère mieux lotis en Roumanie, comme l’attestent les manifestations de mai 2008 contre la Gay Pride locale [1] [2].

Philca / MensGo

(via Romandie News, 1er juin 2008)

Pas de commentaire.

Ajouter un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *