Les ondes de la tourmente, de Marc Devirnoy, ou les années 1930 en voix homo

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (Pas encore d'évaluation)
Loading...

Les ondes de la tourmente, de Marc Devirnoy, ou les années 1930 en voix homo

Livre Les ondes de la tourmente

Pas encore disponible en livre… audio. ©Ondesdelatourmente.free.fr.

(Blogmensgo, 23 septembre 2011) Puisqu’on évoquait hier encore ici même les mânes de Rudolf Brazda, l’article d’aujourd’hui s’intéressera une nouvelle fois aux Triangles roses, quoique d’une manière très indirecte. C’est en effet Marc Devirnoy que je vais évoquer ci-dessous, non pas comme créateur des sites Projet Triangles roses 2004 et Hexagone gay (cf. notre article du 24 mars 2010), mais comme auteur du roman Les ondes de la tourmente. Un roman historique, forcément.

Le roman de Marc Devirnoy parle bien évidemment d’homosexualité. Mais pas que. L’auteur dresse le tableau de l’univers radiophonique et de la montée du nazisme dans les années 1930, à travers l’évocation de Radio Strasbourg, de Radio Cité et de Lyon, à travers aussi la vie artistique à Paris, Lyon et Berlin, en Alsace et en Lorraine.

Le fil rouge de cette évocation est un jeune homosexuel, Ernest Klein, qui participe à la création de Radio Strasbourg où il devient speaker (l’ère des animateurs et des animateurs-producteurs n’est venue que plus tard). À la charnière entre deux pays, deux langues, deux cultures, deux sexualités dont une qui n’est pas la leur, Ernest et son amant Paul vivront leur passion dans un univers ô combien tendu.

Il s’agit donc à la fois d’un roman historique et d’un roman d’amour.

Je n’ai pas lu ce livre, alors inutile de me demander ce que j’en pense.
J’ai un peu peur que la très impressionnante bibliographie ingurgitée par l’auteur ne se transforme en exercice de régurgitation, de même que je redoute – structure associative oblige – un certain amateurisme éditorial.
En revanche, l’esthétisme du minisite consacré au livre, la qualité et la pertinence de sa documentation, le fait que le livre existe en une version papier et en deux formats numériques (à moitié prix de la version papier), tout cela plaide en faveur de cet ouvrage où la dimension romanesque ne semble le céder en rien à la consistance historique. Il ne reste plus qu’à lire le livre pour vérifier si le talent du romancier l’emporte sur l’érudition de l’historien…

Marc Devirnoy, Les ondes de la tourmente. Mémoire collective éditions, septembre 2011, 188 pages, 16,95 €.
ISBN : 978-2-9540127-0-4

image blogmensgo

Commentaire. La vente à moitié prix au format ePub ou PDF atteste que le mercantilisme de l’auteur a ses limites. 🙂

Je lui suggère toutefois de proposer d’emblée, sur son site, un échantillon en ePub et un autre en PDF. Par exemple le premier chapitre ou, comme le font les éditions POL, les premières pages du livre. De façon à ce que l’internaute vérifie d’emblée si la version électronique s’adaptera sans problème à l’écran de son ordinateur, de sa tablette de lecture, de sa liseuse ou, pourquoi pas, de son smartphone.
[Update du 26 septembre 2011. Suggestion prise en compte, cf. le premier commentaire ci-dessous.]

Cette période historique est une de mes préférées en littérature. Elle fut l’une des plus fécondes, hormis chez la plupart des écrivains « aux ordres ». Il se trouve que je termine la lecture d’un ouvrage évoquant en partie cette sombre décennie. J’en extrais pour toi, ô lecteur à pectoraux musculeux, les deux anecdotes ci-dessous dont la première concerne le monde radiophonique.

André Maurois rapporte, dans Choses nues, quelques-unes des journées mémorables de septembre 1939. Le 5, « Giraudoux veut que des écrivains parlent à la radio. Je m’entends avec Saint-Exupéry pour qu’il inaugure, ce soir, la série et passe une heure avec lui à choisir le thème de ce premier appel [aux auditeurs]. » Le lendemain, « Pierre Brisson me téléphone. Il me demande de dire à Giraudoux que la presse est très mécontente. On donne, paraît-il, à la radio des informations qu’on refuse aux journaux ; d’autre part, la censure montre des exigences folles. Vu Giraudoux, qui va convoquer le Syndicat de la presse et calmer la censure qu’il trouve, lui aussi, absurde. »

Élu académicien quinze mois auparavant, Maurois raconte ensuite la séance du 7 septembre 1939 au Quai Conti. « Académie française. Première séance de guerre. Georges Duhamel fait un petit discours, pour annoncer que nous siégerons tous les jeudis, quoi qu’il arrive. Travail du Dictionnaire : par une curieuse coïncidence, on en est au mot agression. »

Où la petite histoire rejoint la grande. Comme dans le roman de Marc Devirnoy.

Philca / MensGo
(via courriel de l’éditeur reçu le 21 septembre 2011)

1 réponse

  1. Nous venons de prendre en compte la suggestion de mise en ligne d’extraits du livre à travers des versions d’ebook (pdf et epub).
    15 pages du livre peuvent être consultées gratuitement en un clic (pdf ou epub) à partir de la page suivante :
    Marc Devirnoy, auteur du livre.

Ajouter un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *