Metz, un siècle de vie gay

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (Pas encore d'évaluation)
Loading...

Metz, un siècle de vie gay

(Blogmensgo, 28 novembre 2011) « Vivre homo à Metz hier, aujourd'hui et demain ». C’est la première fois que la mairie de Metz accueille, ce mardi 29 novembre 2011 à 20 h, une exposition et une conférence-débat gratuites consacrées à un tel sujet. Car pendant presque quatre décennies, des années 1930 aux années 1970, l’homosexualité fut recouverte à Metz d’une chape de plomb doublée d’un prurit d’ostracisme.

Affiche Vivre homo à Metz

Vaut-il mieux être homo à Metz ou être aux messes à mots ? ©Lorrainegay.com.

Marc Devirnoy a montré, dans son roman Les ondes de la tourmente (cf. notre article du 23 septembre 2011), à travers l’histoire de deux Messins homosexuels, comment ces heures sombres ont germé à mesure que se répandait le nazisme. C’est donc en toute logique le même Marc Devirnoy qui se charge d’animer la soirée de conférence-débat dans le grand salon de l’hôtel de ville.

On aurait tort de croire que la Libération fut aussi celle de l’homosexualité. Pour preuve, c’est Paul Mirguet, conseiller municipal de Metz et député de la Moselle qui fit adopter au Parlement, dans le cadre de la loi de 1960 sur la « lutte contre certains fléaux sociaux », un sous-amendement exigeant « toutes mesures propres à lutter contre l’homosexualité ».

Cinquante ans plus tard, c’est d’une manière tout à fait officielle que les Messins pourront découvrir le passé de leurs concitoyens homosexuels. Non seulement l’événement est hébergé par la mairie, mais il se déroule aussi grâce au soutien de la région Lorraine. L’association Couleurs gaies y apporte son concours, de même que les sites Lorraine gay et Hexagone gay qu’anime Marc Devirnoy.

Commentaire. J’espère que la version papier du livre de Marc Devirnoy ne massacre pas autant la typographie que les extraits disponibles gratuitement en versions PDF et ePub. Pour la version papier, le cas échéant, c’est déjà trop tard. Pour les versions numériques, ça peut facilement se corriger.

Tout d’abord, remplacer les ignobles chiures de mouche (alias guillemets dactylographiques) par de véritables guillemets courbes (alias guillemets typographiques).

Puis utiliser les « guillemets français » avec de véritables espaces, en l’occurrence – ce que ne permet pas ici WordPress, soit dit en passant – de véritables espace insécables. L’auteur utilise ordinairement de telles espaces insécables puisqu’on les voit dans son introduction aux extraits PDF et ePub, alors pourquoi ne l’a-t-il pas fait dans son livre ?

En faisant précéder comme il se doit le point d’exclamation par une espace insécable fine, l’auteur-éditeur eût évité au lecteur-acheteur un incipit aussi typographiquement disgracieux.

Et pour terminer, il ne serait pas inélégant d’accentuer les majuscules. 😉

Au titre des points très positifs, on saluera le grand choix d’options offertes à l’internaute quant au lieu d’achat et de téléchargement du livre en version numérique. Une telle profusion est rarissime.

Philca / MensGo
(via communiqué de Lorraine gay du 25 novembre 2011)

Pas de commentaire.

Ajouter un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *