Journée mondiale de lutte contre le sida, la vigilance reste de mise

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (Pas encore d'évaluation)
Loading...

Journée mondiale de lutte contre le sida, la vigilance reste de mise

Affiche sida 30 ans

Hélas ! il ne va pas chez le dentiste… ©Éric Chapeau-Åslund.

(Blogmensgo, 1er décembre 2011) Comme tous les 1er décembre, la Journée mondiale de lutte contre le sida donne lieu à une très large couverture médiatique. On avait déjà récemment défloré le sujet dans notre article du 23 novembre 2011, en évoquant le dernier rapport en PDF de l’Onusida. L’article d’aujourd’hui se borne donc au service minimum.

J’ai plus particulièrement noté, de la part du défenseur des droits (qui se substitue à la défunte Halde), une tribune (ici et ici) appelant à la « la levée de l’interdiction des hommes homosexuels à pouvoir donner leur sang ». Lire cette longue tribune, elle est fort intéressante.

Le défenseur des droits y souligne en particulier les multiples formes de discrimination dont sont victimes les séropos des deux sexes. Il déplore en outre que le don du sang soit freiné par des critères d’orientation sexuelle – ce qui est illégal au regard du droit européen – et non par des critères de comportement sexuel à risque. Et le défenseur des droits de conclure que « comme c’est déjà le cas en Italie, en Espagne ou au Portugal et, depuis peu, en Grande-Bretagne [cf. notre article du 8 novembre 2011], la France devrait à son tour limiter les restrictions de don aux seules personnes, hommes ou femmes, présentant un risque accru du fait exclusif de comportements sexuels à risque. »

Le nombre de nouvelles détections en France est passé de 6 341 cas en 2009 à 6 265 cas en 2010, soit une relative stabilité. Ces contaminations sont dues pour 57 % à des rapports hétérosexuels, pour 40 % à des rapports homosexuels entre hommes et pour 1 % à des injections de drogue. En revanche, 30 % de ces détections interviennent très tardivement – surtout parmi les hétéros, moins sensibilisés à la thématique du VIH/sida.

Si l’on veut lutter efficacement contre le VIH/sida, les communicateurs vont devoir affiner leurs slogans. Car les croyances erronées ont la vie dure et les comportements à risque sont plus présents à mesure que les trithérapies atténuent le tribut mortel de la pandémie. En région parisienne, l’Observatoire régional de santé (ORS Île-de-France) recense dans une étude en PDF « les connaissances, attitudes, croyances et comportements face au VIH/sida en Île-de-France en 2010 ».

L’an dernier, une minorité de Franciliens pensait encore que le sida peut se transmettre par une piqûre de moustique (21,4 %), dans les toilettes publiques (13,1 %) ou en buvant dans le verre d’une personne contaminée (6,4 %). On en pisserait de rire si le sujet était moins grave. Et ils sont un quart des répondants (25,6 %) à croire que le VIH peut se transmettre lors de rapports sexuels avec préservatif.

Philca / MensGo
(via toute la presse de fin novembre et début décembre 2011, dont Le Figaro [ici et ici] et Libération)

Pas de commentaire.

Ajouter un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *