Les gays enfin autorisés à donner leur sang en Grande-Bretagne

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (Pas encore d'évaluation)
Loading...

Les gays enfin autorisés à donner leur sang en Grande-Bretagne

Photo de don du sang

Même à Marseille (photo), le don du sang n'est pas gay… ©Dominique Pipet.

(Blogmensgo, 8 novembre 2011) Comme prévu il y a deux mois (cf. notre article du 12 septembre 2011), le don du sang est de nouveau accessible depuis le 7 septembre 2011 aux gays remplissant certaines conditions. Les gays (idem pour les femmes ayant eu des relations avec des hommes bisexuels) ne peuvent donner leur sang que s’ils déclarent n’avoir eu aucune relation sexuelle – orale ou anale, avec ou sans préservatif – depuis au moins un an. Le don du sang leur était auparavant interdit depuis les années 1980, quelle que soit leur période d’abstinence.

La Commission consultative sur la sécurité des dons de sang, de tissu et d’organe (Sabto) estime, dans un rapport en PDF publié le 8 septembre dernier, qu’un délai d’abstinence ramené à un an au lieu de cinq ans n’augmente pas de manière significative le pourcentage potentiel de contamination au VIH. Le taux de sang contaminé au VIH s’élève à un sur 4,38 millions de dons après cinq ans d’abstinence, contre un sur 4,39 millions après seulement une année sans rapport homosexuel. Le risque de contamination serait toutefois 26,5 % plus élevé si aucune période d’abstinence n’était exigée, selon la Sabto. Jusqu’à présent, le risque de contamination au VIH était théoriquement de un sur 4,41 millions de dons.

La plupart des autres pays européens interdisent aux gays de donner leur sang, malgré les fréquentes pénuries de sang dans plusieurs pays. C’est par exemple le cas en Allemagne, Autriche, Belgique, Danemark, Finlande, France, Irlande, Norvège, Pays-Bas, Portugal, Suède, Suisse.

En revanche, l’Espagne impose aux personnes donnant leur sang – quelle que soit leur orientation sexuelle – une abstinence en cas de rapports sexuels avec plus d’une personne au cours des douze derniers mois ; le délai de carence est alors de six mois selon Le Monde voire d’un an selon le rapport Sabto (tableau 3). L’Italie impose une abstinence de quatre mois aux donneurs à partenaires multiples, sans distinction d’orientation sexuelle.

Philca / MensGo
(via Le Monde du 8 novembre 2011)

Pas de commentaire.

Ajouter un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *