Michel Foucault, trente ans déjà

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (Pas encore d'évaluation)
Loading...

Michel Foucault, trente ans déjà

(Blogmensgo, blog gay du 25 juin 2014) Le 25 juin 1984 disparaissait le philosophe français Michel Foucault. Son œuvre lui a survécu, ô combien.

La Une du Point sur Foucault

Les dents de Foucault soumises à l'analyse philosophique de Photoshop. ©Le Point.

On connaît parfois plus la vie de Michel Foucault par les anecdotes et les clichés qui parsèment sa biographie que par son œuvre elle-même. En toute humilité, je l’avoue : l’œuvre et la personne de Foucault ne me sont – très vaguement – connues qu’à travers ce que j’ai lu sous la plume d’Hervé Guibert, de Paul Veyne et de Didier Éribon.

Foucault fait partie de ces auteurs dont l’œuvre colossale et l’aura universelle impressionnent. Même chose avec Proust, Balzac, Musil, Tolstoï, Anthony Powell, Marguerite Young et quelques autres. L’admiration pour ces colosses suscite chez moi une irrépressible… procrastination. J’ai finalement surmonté cette propension au farniente neuronal avec les trois premiers auteurs cités, il me reste à faire de même avec les trois derniers et avec mille et un autres noms qui m’attirent et me pétrifient à la fois. Dont Foucault.

Le profil de Foucault, si l’on n’en retient que l’anecdotique et le marginal, que l’écume d’une vie, a pourtant tout pour me séduire : reçu quatrième au concours d’entrée à l’École normale supérieure et troisième à l’agrégation, hantant les bars gay américains vêtu de son inséparable Perfecto, écrivant encore et toujours sur la folie et la sexualité car lui-même mégalo, homosexuel et un peu fou sur les bords, toujours fidèle au même homme en dépit de mille et une aventures…

C’est fait. Le numéro spécial du Point consacré à Foucault, je l’ai acheté… il y a déjà presque un mois (cf. scan de la couverture ci-dessus). Et je me promets de le lire – après les quatre derniers numéros du Matricule des anges que je n’ai pas encore lus, après les deux dernières livraisons de France Culture Papiers que l’on m’a offertes et qui jouent à pile-que-veux-tu, après, après, après… Après, il y aura Foucault. Promis.

Il faudra aussi que je m’achète ou regarde le film Foucault contre lui-même de François Caillat (conseillé par Édouard Louis, Didier Éribon et quelques autres) dont j’ai raté la récente diffusion sur Arte et qui vient de sortir en DVD. Et que je consulte le portail Michel Foucault (dommage que la qualité sonore des cours au Collège de France ne soit pas optimale).

Et il faudra peut-être aussi – voire d’abord et avant tout – que je lise… Foucault lui-même. Ça tombe bien, une partie de son œuvre est disponible en numérique.

Philca / MensGo

Pas de commentaire.

Ajouter un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *