La France va interdire la vente des poppers

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (Pas encore d'évaluation)
Loading...

La France va interdire la vente des poppers

Flacons de poppers

Presque les couleurs de l'arc-en-ciel… Attention, le poppers risque de t'en faire voir de toutes les couleurs. J'ai bien dit RISQUE, parce qu'inhaler du poppers peut être RISQUÉ. ©Wikipedia.fr.

(Blogmensgo, 30 juin 2011) Le ministère français chargé de la Santé s’apprête à faire interdire la vente et l’offre « des produits contenant des nitrites tels que ceux contenus dans les poppers », selon une décision rendue publique le 30 juin 2011 par la Mission interministérielle de lutte contre la drogue et la toxicomanie. Cette interdiction imminente, décidée « en raison des risques de dépendance ou d’abus », doit encore être entérinée par un arrêté publié au Journal officiel.

[Update du 11 juillet 2011. L'interdiction est désormais en vigueur. Le Journal officiel du 7 juillet 2011 a publié un « arrêté du 29 juin 2011 portant application d’une partie de la réglementation des stupéfiants aux produits contenant des nitrites d’alkyle aliphatiques, cycliques ou hétérocycliques et leurs isomères », stipulant ceci : « L’offre et la cession au public des produits, à l’exception des médicaments, contenant des nitrites d’alkyle aliphatiques, cycliques ou hétérocycliques et leurs isomères sont interdites. »] [Update du 18 juin 2013. L’arrêté du 29 juin 2011 est annulé. Tous les détails à la fin de cet article.]

Les autorités françaises s’appuient sur une « proposition de l’Agence française de sécurité sanitaire des produits de santé (devenue ANSM) » et sur les résultats, dévoilés le 29 juin 2011, du « Baromètre santé 2010 de l’Inpes sur les pratiques d’usage de substances psychoactives par les adultes » (François Beck, Romain Guignard, Jean-Baptiste Richard, Marie-Line Tovar, Stanislas Spilka, Les niveaux d’usage des drogues en France en 2010. Baromètre santé 2010, Tendances, 2011, n° 76, 6 pages). Ce baromètre constate que « les poppers voient leur diffusion augmenter, c’est ainsi que 5,3 % des 18-64 ans en ont consommé au cours de leur vie alors qu’ils étaient 3,9 % en 2005 ».

C’est plus précisément la commercialisation de certain dérivés des nitrites qui sera interdite au grand public, sauf dans le cadre réglementé d’une prescription médicale. Dans un long et documenté article du 22 avril 2006, notre blogueur Stéphane précisait que les poppers existent sous forme « de nitrites d’amyle [c’est-à-dire de pentyle] ou de nitrites de butyle ». Ce même article rappelait sans ambiguïté les conséquences graves et parfois mortelles de l’utilisation des poppers dans certaines circonstances.

Les autorités sanitaires et politiques françaises appuient en outre leur décision sur le risque de « pertes visuelles prolongées mais réversibles » liées à l’inhalation de poppers, risque mis en lumière par une étude d’octobre 2010.

En 2009, le Conseil d’État avait annulé un décret interdisant la commercialisation des poppers en France.

Commentaire. Des « risques de dépendance ou d’abus » ? Nul doute que la France va très vite interdire la commercialisation de l’alcool et du tabac, qui jusqu’à preuve du contraire tuent beaucoup plus que les poppers !

Des poppers, j’en ai vendu des centaines de flacons à une époque où le Viagra et le Cialis n’existaient que dans les rêves des impuissants. Et déjà à cette époque lointaine, je m’interdisais de vendre cette camelote aux mecs souffrant d’insuffisance cardiaque ou susceptibles de prendre des stimulants cardiaques. Les risques liés aux poppers sont de notoriété publique depuis des décennies.

Mieux vaudrait aujourd’hui renforcer l’obligation d’information. Car si l’on interdit la vente des poppers, on ne fera que déplacer le problème – vers l’étranger ou vers d’autres substances – et les accidents consécutifs à l’inhalation de poppers augmenteront à mesure que l’information s’amenuisera.

[Update du 18 juin 2013. Le Conseil d’État, statuant le 3 juin 2013, a annulé l’arrêté du 29 juin 2011 qui interdisait la vente de produits comme le poppers « contenant des nitrites d’alkyle aliphatiques, cycliques ou hétérocycliques et leurs isomères ».

Décision du Conseil d’État

La haute juridiction avait été saisie au nom de plusieurs requérants, dont le Syndicat national des entreprises gaies (Sneg), qui lui demandaient d’annuler l’arrêté « pour excès de pouvoir ».

Dans ses considérants, le Conseil d’État a estimé que le « risque de pharmacodépendance ou d'abus » invoqué par l’arrêté du 29 juin 2011 au regard des articles R. 5132-87 et R. 5132-97 du code de la santé publique n’était établi par aucune étude scientifique ou enquête présentée à l’instruction. Contrairement aux stupéfiants visés par l’arrêté du 29 juin 2011, précise le Conseil d’État, « les produits contenant des nitrites d'alkyle ont une toxicité faible aux doses inhalées habituelles ».

Tels sont les principaux motifs qui ont amené le Conseil d’État à annuler l’arrêté de 2011 en condamnant l’État aux dépens.
Les mêmes requérants avaient déjà fait annuler un décret similaire, celui du 20 novembre 2007, par une décision du 15 mai 2009 prise en Conseil d’État.

Commentaire. Les réglementations spécifiques aux poppers, notamment à des fins d’interdiction, sont un des serpents de mer favoris du législateur. Elles sont régulièrement promulguées, puis attaquées, puis annulées. Par deux fois dans les années 2000, mais aussi dans les années 1990.
Je crois me souvenir que dans les années 1980 (vers 1985 ou 1986), le gouvernement envisageait même de taxer à 50 % (au lieu du taux majoré de TVA à 33 %) tout produit vendu en sex-shop, jusques et y compris les poppers. J’ignore si une telle loi a été promulguée (sans doute que non, pour non-respect du principe d’égalité).

Source de l’update : Têtu du 5 juin 2013]

Philca / MensGo
(via Le Figaro du 29 juin 2011)

8 réponses

  1. Maxou

    Tout à fait d’accord avec Philca.
    Et désormais les poppers se vendront sous le manteau.
    Le gouvernement ferait mieux de lutter contre les drogues dures… ou d’interdire le Viagra aux prédateurs sexuels (je ne nomme personne).

  2. La soubrette

    Salut!!

    Après avoir yeuter les différents avis je ne suis pas etonné Que chacun est différent et qun produit aussi chimique et direct puisse en séduire autant mais aussi, en choquer ou
    Dégouter d’autres. …. Il y aurai même de grandes discordes au sein de ceux qui interdisent si ils essayaient juste pour voir….. Dans certaine situations…. Un jeu….essayer une fois un jour, juste Pour s’amuser entre chéris couple simple….ou plus de partenaires…le plaiSir lui même deviens la drogue…!!!!personnellement ce poppers me donne mon double phantasme …: quand je le descide,je devienS la meilleure lope ouverte ou le salop dominateur qui aime etre Crain et qui nage au millieu de petites nymphettes elles aussi partagées entre le sentiment d’être traitées en putes ou qui veulent etre timides et subir la colère de sexes bien durs nourris au pop…. Le jeu de domination a toutes les sauces…..vive la liberté !!!!!!moi j’adore etre entourée deS plus gros sexes et par 5ou 6!!!! Une pute du cul….. Et tout Ca sans popp, Ca deviens tout nul….. Petit…….rikiki………sarkozyyyyyyyyy…!!!!!!!!

    L
    Hêtres

  3. La soubrette

    En plus cette petite bouteille est disponible et utilisable sur place….la, il devrai plus de campagne d’infos et puis respecter enfin la liberté de baiser sans limites!!!!!

  4. Bien qu’à l’origine de l’annulation du précédent décret visant à l’interdiction des poppers, le SNEG n’a pas été consulté, pas plus que les autres associations de santé agissant en direct sur le terrain. Le SNEG ne nie pas le potentiel de dangerosité des poppers. Dans une logique de prévention à destination des usagers, il a réalisé et mis en circulation diverses campagnes. L’une d’elle met en garde contre l’usage conjugué des poppers et des vaso-dilatateurs. Il a par ailleurs réalisé et mis à disposition des fabricants, grossistes et détaillants, une carte format carte de crédit rappelant aux consommateurs les précautions d’usage de ce produit
    [Note du modérateur : Sneg = Syndicat national des entreprises gaies.]

  5. toyagay

    Au lieu de s’occuper de ce pseudo problème ils devraient chercher de vraies solutions contre les vraies drogues… En tout cas moi ça ne m’empèchera pas de faire toujours des rencontres chaudes.

  6. hiro

    j’adore me faire élargire le cul sous poper

  7. hiro

    j’aime aussi les gros god,bien pronfond dans le cul

  8. hiro

    alors;;;;;;;;

Ajouter un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *