La chanson « Lingering Wine » offre à l’Inde une Saint-Valentin lesbienne

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (Pas encore d'évaluation)
Loading...

La chanson « Lingering Wine » offre à l’Inde une Saint-Valentin lesbienne

(Blogmensgo, blog gay du 14 février 2019) L’album s’intitule Queerism et il est sorti le 12 février 2019, donc pile deux jours avant la Saint-Valentin et moins de deux semaines après le film Ek Ladki Ko Dekha Toh Aisa Laga. Son premier single, « Lingering Wine », est interprété par Pragya Pallavi sur des paroles de l’artiste queer Deepa Vasudevan. Et alors ? Il s’agit là du premier album indien à thématique LGBTQI et du premier single indien – de grande diffusion – à parler d’amour entre femmes. Bref, un titre et un album chauds comme l’amour.

Pour se faire une idée du contenu, le mieux serait de visionner le clip officiel que voici :

On y voit, sur d’élégantes images en noir et blanc (c’est le parolier qui a réalisé le clip), Pragya Pallavi et l’actrice Kani Kusruti s’échanger des caresses puis un baiser à pleine bouche. Et même un double baiser, puisque la caméra filme à la fois les deux femmes en train de s’embrasser et leur reflet dans un miroir – clin d’œil à une technique inaugurée par Orson Welles dans Citizen Kane, me semble-t-il.

Les paroles sont entièrement en anglais, bien que Pragya Pallavi soit originaire du Kerala et que le malayalam soit sa langue maternelle. Ces paroles sont en phase avec l’image, où la chanteuse répète à sa chérie que « les doux doux baisers / restent en bouchent comme le vin » (Sweet sweet kisses / Linger like wine).

Sur sa page Facebook, Pragya Pallavi se décrit ainsi :

She does not like to be closeted in any way , whether it is about her music genre or about her sexuality.
(Elle n’aime être enfermée [dans un placard] d’aucune manière, qu’il s’agisse de son genre musical ou de sa sexualité.)

Et si elle parle d’elle au féminin, Pragya Pallavi se définit plutôt comme genderfluid, c’est-à-dire sans appartenance précise à une quelconque identité de genre. Si elle n’a pas encore de page sur Wikipedia, sa chanson est déjà référencée par tous les prestataires de musique en ligne qu’elle mentionne sur la page du clip officiel, mais aussi par Deezer.

Un deuxième single, consacré à l’émancipation des femmes, sortira pour la Journée internationale des femmes, le 8 mars 2019. L’album, dont j’ignore la date de parution, se composera de neuf titres.

Commentaire. J’aime beaucoup la très belle voix de Pragya Pallavi et ses influences musicales cosmopolites. Dommage qu’elle soit moins bonne actrice – lipdubbing raté, mimiques ridicules – que sa partenaire. Dommage aussi que la qualité cinématographique du clip se mette au service d’une mélodie un tantinet sirupeuse et plutôt quelconque. À noter également la qualité des paroles, avec une jolie métaphore filée (analogie entre un baiser langoureux et un bon vin) du début jusqu’à la fin.

Eh oui ! Une fois n’est pas coutume, ce blog parle de la Saint-Valentin – , dont j’exècre pourtant, comme pour Halloween, l’envahissant mercantilisme.

Philca / MensGo

Pas de commentaire.

Ajouter un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *