Paris inaugure la bibliothèque Oscar-Wilde

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (Pas encore d'évaluation)
Loading...

Paris inaugure la bibliothèque Oscar-Wilde

Photo d'Oscar Wilde

Le génie d'Oscar Wilde méritait au moins une bibliothèque. ©Cmgww.com/DR.

(Blogmensgo, 25 novembre 2011) C’est aujourd’hui vendredi 25 novembre 2011 que la ville de Paris inaugure un bâtiment de 420 m2 au nom d’Oscar Wilde (1854-1900). Il s’agit de la bibliothèque Saint-Fargeau, créée en 1975 dans le XXe arrondissement, qui devient désormais la bibliothèque Oscar-Wilde.

La capitale française ne possédait encore aucun lieu public au nom de cet écrivain irlandais. Wilde vécut les dernières années de sa vie à Paris et il repose au Père-Lachaise, cimetière situé dans le même arrondissement que la bibliothèque Oscar-Wilde.

Esprit libre et brillant, aussi étincelant à la fin du XIXe siècle que Jean Cocteau le fut entre les deux guerres mondiales, Oscar Wilde fut un essayiste, romancier et poète de talent. Il reste surtout connu en tant que dramaturge. Le fonds de la bibliothèque Oscar-Wilde est justement spécialisé dans le théâtre contemporain (avec 2 800 œuvres de théâtre sur plus de 30 000 ouvrages au catalogue dont 20 000 livres en section adultes), ce qui n’est sans doute pas une simple coïncidence.

Wilde n’avait pas seulement la particularité de posséder trois noms intermédiaires (il s’appelait Oscar Fingal O’Flahertie Wills Wilde). Il était également homosexuel pendant l’époque victorienne, qui fut l’une des plus intolérantes à l’encontre de la communauté et condamna l’auteur du Portrait de Dorian Gray à passer deux ans en prison pour homosexualité, de 1895 à 1897.

« Ce n’est pas par excès d’individualisme que j’ai péché. Ma grande erreur, la faute que je ne puis me pardonner, c’est d’avoir, un jour, cessé de m’obstiner dans mon individualisme, cessé d’y croire pour écouter autrui, cessé de croire que j’avais raison de vivre ainsi, douté de moi. »
Oscar Wilde, cité par le Journal d’André Gide (8 mai 1927).

Philca / MensGo
(via toute la presse du 24 novembre 2011, dont Actualitté et Livres-Hebdo)

1 réponse

  1. C’est toujours bien que les pouvoir public honore de cette manière les grand écrivain. Même si c’est un peu tard.

Ajouter un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *