En Suisse, dépistage gratuit de la syphilis pour les gays et les bisexuels

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (Pas encore d'évaluation)
Loading...

En Suisse, dépistage gratuit de la syphilis pour les gays et les bisexuels

Affiche Stop syphilis

Le microbe se fiche du panneau, l’a pas son permis ! ©Gay-box.ch.

(Blogmensgo, 19 octobre 2011) L’Aide suisse contre le sida organise, pendant tout le mois d’octobre 2011, des tests de dépistage gratuits de la syphilis. Les tests sont réalisés dans neuf centres de dépistage et concernent les gays et les bisexuels n’ayant jamais été affectés par cette maladie.

Pour se faire dépister gratuitement, il suffit d’imprimer ce bon en PDF et de le déposer dans le centre de soins partenaire de l’opération (en Argovie et à Bâle, Berne, Genève, Lausanne, Lucerne, Lugano, Saint-Gall ou Zurich). Les bons de dépistage gratuit sont valables jusqu’au 18 novembre 2011.

La syphilis est une maladie contagieuse qui se soigne facilement, mais qui quintuple ou décuple le risque de contamination par le VIH. En Suisse, la moitié des 975 nouveaux cas recensés en 2010 sont des hommes ayant eu des relations sexuelles avec d’autres hommes.

La transmission se fait généralement par voie anale (les bisexuels peuvent aussi redouter une contamination d’origine vaginale) ou bucco-génitale. L’utilisation de préservatifs – certes indispensable y compris en cas de fellation – ne suffit pas car la maladie peut aussi se transmettre par voie buccale. Le délai d’incubation pouvant atteindre un mois pour les premiers symptômes voire deux mois et demi pour les conséquences les plus visibles, on peut donc transmettre ou recevoir la syphilis sans en avoir conscience.

Une syphilis non soignée augmente considérablement les risques de transmission de son agent pathogène, expose le porteur à un risque accru d’infection au VIH, peut avoir des séquelles irréversibles et provoque parfois le décès. Après avoir quasiment disparu dans les pays développés à la fin du XXe siècle, les cas de syphilis ont fortement progressé en France et en Suisse depuis les années 2000.

Toute personne ayant été contaminée par la syphilis doit régulièrement faire tester son statut sérologique. Pour mesurer l’efficacité du traitement antibiotique adopté, pour s’assurer qu’elle n’est pas susceptible de contaminer autrui et aussi pour vérifier qu’elle n’a pas été recontaminée, car on peut attraper de nouveau la syphilis après en avoir été guéri.

Philca / MensGo

(via courriel privé reçu le 19 octobre 2011)

Pas de commentaire.

Ajouter un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *