Têtu va reparaître en version papier et lance une campagne de financement participatif

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (Pas encore d'évaluation)
Loading...

Têtu va reparaître en version papier et lance une campagne de financement participatif

(Blogmensgo, blog gay du 27 septembre 2018) Romain Burrel, directeur de la rédaction du magazine Têtu, annonce que le magazine gay reparaîtra en version papier dès novembre 2018, comme promis en mai 2018 par les repreneurs du site web et de la marque Têtu. En attendant, le site tetu.com vient de s’offrir une refonte graphique et les repreneurs lancent une « campagne de soutien » du 1er octobre jusqu’au 11 novembre 2018.

Têtu lance une première levée de fonds

Dans le bref message posté sur YouTube et repris ci-après, Romain Burrel signale – avec des mots différents des miens – que le groupe d’édition Têtu Ventures s’apprête à lancer une campagne de financement participatif sur la plateforme de crowdfunding Ulule :

La campagne sur Ulule se fixe deux objectifs majeurs :

  • Obtenir des préabonnements « au site, au magazine et à tous les événements qu’on vous prépare ».
  • « Permettre d’assurer un avenir à Têtu. »

Le 19 mars 2015, Yagg avait récolté 40.995 euros sur Ulule pour sa formule d’abonnement, mais le 25 octobre 2016, la société éditrice de Yagg avait été mise en liquidation judiciaire.

La campagne de financement participatif que prépare Têtu ressemble donc un peu à celle de Yagg. Elle fonctionne non pas sur des dons purs et simples, qui ne se justifient pas à destination de sociétés commerciales, mais sur le principe du donnant-donnant : tu me donnes de l’argent, je te donne accès à des produits et services.

Le directeur de la rédaction ne livre aucune précision sur les nouveaux projets du groupe. Ainsi ne précise-t-il ni quelle sera la ligne de démarcation entre les parties gratuites et payantes du site web, ni quel sera le contenu de l’offre payante, ni quelles seront la périodicité (trimestrielle ?) et la stratégie rédactionnelle (articles et dossiers sur papier glacé ?) de la nouvelle version papier de Têtu.

Le choix d’une plateforme de financement participatif plutôt que d’une traditionnelle campagne de promotion se justifie – selon mon hypothèse – par le fait que Têtu et Yagg sont des organes d’information à vocation certes commerciale, mais aussi à dimension militante.

Le site tetu.com utilise depuis peu une nouvelle charte graphique, manifestement destinée aux utilisateurs de smartphones et de tablettes – et un peu moins seyante sur ordinateur de bureau.

Notons par ailleurs que la nouvelle version du site web ne propose pas de favicon, cette imagette qui affiche un logo sur l’onglet de chaque page. Cela signifie-t-il que le groupe Têtu dévoilera un nouveau logo quand commencera sa levée de fonds ?

Romain Burrel précise que son équipe diffusera, d’ici lundi 1er octobre, le lien vers la campagne de Têtu sur Ulule. On se fera un plaisir de le mentionner ici même dès qu’on en aura connaissance – en espérant que la levée de fonds offrira au groupe Têtu une renaissance moins éphémère que celle de ses prédécesseurs.

Têtu atteint 50 % de son objectif en deux jours

La direction du groupe Têtu a dévoilé, le 1er octobre 2018, sa première levée de fonds sur la plateforme Ulule. À l’heure où j’écris cette phrase, « 472 préventes sur un objectif de 1.000 » ont déjà été réalisées en deux jours, soit presque la moitié de l’objectif.

Ces « préventes » semblent concerner avant tout – c’est du moins ce qui apparaît en premier pour chaque niveau de contribution – un « abonnement à Têtu.com », dont la durée varie selon le montant déboursé par l’internaute.

La recette totale attendue pour les 1.000 préventes n’est pas divulguée. Les deux contributions les plus élevées, apparemment disponibles à un seul exemplaire chacune, rapporteront 15.000 euros en tout. Les 998 autres contributions s’échelonneront de 10 euros jusqu’à 1.500 euros, mais la clé de répartition dépendra du bon vouloir – et de la santé financière – des contributeurs, d’où l’absence d’objectif officiel en euros.

Récemment relooké, le site Tetu.com « intégrera à partir de novembre [2018] une section spécialement dédiée aux soutiens actifs de TÊTU proposant des contenus exclusifs », peut-on lire dans la présentation des objectifs du groupe sur la plateforme Ulule. La nature, le volume et la périodicité des « contenus exclusifs » ne sont pas précisés.

Le site https://tetu.com/ est maintenant « prêt à accueillir une production éditoriale enrichie de vidéos, podcasts, études & sondages, dossiers, interviews & enquêtes », est-il par ailleurs indiqué.

Je présume – sans que cela soit clairement stipulé ni même suggéré – que le site web mettra en ligne des contenus basiques à titre gratuit, tandis que les éléments à valeur ajoutée seront payants. Quels éléments ? À mon avis, des sections entières (vidéos, podcasts, dossiers, enquêtes journalistiques) plutôt que des contenus isolés. On peut imaginer aussi telle ou telle section faire voisiner des éléments gratuits et des éléments payants.

Le seul ingrédient rédactionnel dévoilé d’une manière précise porte sur « un tout nouveau magazine trimestriel de 180 pages ». Autrement dit, une renaissance d’un titre emblématique, Têtu, naguère bimestriel et jadis mensuel. On ignore si le phénix de la presse gay épousera son temps en proposant aussi l’achat d’abonnements ou de numéros en PDF plutôt qu’en version papier.

Quoi qu’il en soit, le magazine sera inauguré à l’occasion d’une « soirée de lancement » dont la date reste à préciser.

La présentation sur Ulule évoque par ailleurs « nos futurs événements Têtu » sans toutefois livrer de précisions sur la nature, la géographie et la fréquence de ces événements.

Philca / MensGo

Pas de commentaire.

Ajouter un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *