1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (Pas encore d'évaluation)
Loading...

Jean Genet, prélude à un centenaire

Livre Domodossola
Pas sûr que Genet eût goûté une telle débauche éditoriale, fût-ce pour fêter son centenaire. © Denoel.fr.

(Blogmensgo, 6 décembre 2010) Né le 19 décembre 2010, Jean Genet aurait eu 100 ans ce mois-ci. L’événement suscite une floraison de livres de Jean Genet ou consacrés à ce grand écrivain français que vénéraient Sartre et Cocteau.

Outre le Saint Genet, comédien et martyr de Sartre, réédité par Gallimard en octobre 2010, j’ai noté trois parutions apparemment dignes d’intérêt malgré leur pagination deux ou trois fois moins abondante que celle du pavé de Sartre.

Caroline Daviron semble livrer un travail à dominante universitaire dans son Jean Genet, une passion méditerranéenne publié par Encre d’Orient Éditions (ici chez Amazon). À mettre en parallèle, peut-être, avec la production « nord-africaine » de Gide – que Genet idolâtrait.

Au Diable Vauvert publie, avec Jean Genet à 20 ans, une jeunesse perdue (ici via Amazon), une étude de Louis-Paul Astraud qui se focalise sur la décennie 1926-1936. Le livre évoque notamment la sinistre colonie pénitentiaire de Mettray (cf. fiche Wikipédia), où Genet fut interné de 1926 à 1928.

Celui des trois livres qui a priori m’intéresse le plus est Domodossola, le suicide de Jean Genet (ici sur Amazon), chez Denöel. Non tant par le sujet qu’il aborde (le suicide manqué de Genet à Domodossola, en 1967) que par l’auteur du livre : Gilles Sebhan, déjà auteur cette année d’une enquête biographique sur Tony Duvert, l’enfant silencieux (ici sur Amazon).

(À noter que Denoël publie aussi la version française de Just Kids, excellentissime livre de Patti Smith dont je reparlerai sur ce blog avant la fin de l’année.)

[Update du 3 janvier 2010. Lire cette très bonne synthèse que Télérama consacre à Jean Genet. Et pour se faire une idée de l’accueil sulfureux dont jouissait pâtissait Jean Genet, on regardera cette vidéo de huit minutes consacrée à la réception des Paravents, l’une de ses meilleures pièces de théâtre.]

Genet, Duvert. Deux sulfureux stylistes solitaires. On ne cesse de redécouvrir Jean Genet depuis sa mort en 1986, alors que Duvert semble bien oublié que son cadavre retrouvé en août 2008. Coïncidence : Duvert et Genet figurent dans la pile de livres dont j’avais programmé la lecture en décembre 2010.

Philca / MensGo

(via Parutions.com du 6 décembre 2010)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

image
up & running
drapo FR  drapo ES  drapo US 
drapo IT
  drapo DE drapo BR

image  flux RSS

La galaxie MensGo

image


image


Nos Partenaires

image

 

Avec les encouragements de MensGo !

(retour au blog)

image

 

Plus…

MensGo présente…