Le Sénat américain ajourne le débat sur l’homosexualité dans l’armée

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (Pas encore d'évaluation)
Loading...

Le Sénat américain ajourne le débat sur l’homosexualité dans l’armée

Photo de soldats chantants

Les soldats US ne savent plus quoi inventer pour faire peur aux enfants ! © Army.mil / Jon Connor.

(Blogmensgo, 22 septembre 2010) Les sénateurs américains ont reporté sine die, le 21 septembre 2010, par 56 voix contre 43, le débat sur l’abrogation de la loi « Don’t ask, don’t tell » (Ne rien demander, ne rien dire) interdisant aux militaires de dévoiler leur homosexualité. Cette abrogation était soutenue par la Maison-Blanche et par les démocrates, mais les sénateurs démocrates Mark Pryor et Blanche Lincoln ont fait défection tandis que les sénateurs républicains votaient massivement contre.

L’examen de cette loi s’inscrivait dans le cadre plus large de la loi de programmation militaire, dont dépendent aussi les orientations et les crédits du Pentagone, lequel Pentagone a lui-même diligenté une étude sur l’éventuelle abrogation de l’actuelle législation interdisant aux gays et lesbiennes notoires de servir dans l’US Army.

Il est peu probable qu’un nouveau vote soit de nouveau inscrit à l’ordre du jour avant les élections de mi-mandat, le 2 novembre 2010. C’est d’autant plus rageant qu’il suffisait de seulement 47 voix pour ouvrir officiellement le débat au Sénat sur le placard forcé des soldats homosexuels. Les organisations LGBT ont unanimement dénoncé l’attentisme des sénateurs.

La veille du scrutin, Lady Gaga (ci-dessus en vidéo) prononçait à Portland, dans le Maine, un discours enflammé réclamant l’abrogation de la loi « Don’t ask, don’t tell ». La star mondiale (dont la fiche Wikipédia en français, que je consulte à l’instant, évoque son action contre le VIH/sida mais ne pipe mot de son engagement pour la cause gay et lesbienne) a martelé, devant 5 000 personnes rameutées via Twitter, son slogan « Go home, go home » qu’elle adressait aux homophobes favorables au statu quo.

Philca / MensGo
(via toute la presse, dont Le Parisien du 20 septembre [Lady Gaga], AFP du 21 septembre et NouvelObs.com du 22 septembre 2010)

1 réponse

  1. michelle

    Les États-Unis ont bien du mal à reconnaître les homos et leurs droits. C´est pas juste!! La loi serait la même pour tous et ca veut dire pour les homos et pour les hétéros!! Je ne suis pas une grande fan de Lady GaGa mais elle lutte et ça me plaît beaucoup!!

Ajouter un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *