Le Népal inscrit le mariage gay dans sa stratégie touristique

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (Pas encore d'évaluation)
Loading...

Le Népal inscrit le mariage gay dans sa stratégie touristique

Photo de l'Himalaya

Marions-nous là-bas, le gouvernement fournit les Thermos ! © Photoxpress.com / Robert Ulph.

(Blogmensgo, 16 mars 2010) Et si les couples homosexuels se mariaient sur les pentes de l’Everest ? C’est ce que suggèrent les autorités népalaises, dont l’orientation devient aussi gay-friendly aujourd’hui qu’elle était homophobe il y a quelques années seulement. Le gouvernement considère qu’un couple gay ou lesbien dépensier doit être accueilli aussi bien sinon mieux que des routards fauchés.

Le mariage des étrangers au Népal n’a aucune valeur légale. Qu’à cela ne tienne, c’est le symbole qui compte. Tel est le credo du voyagiste LGBT local Pink Mountain, qui veut capitaliser sur la nouvelle politique homophile de son pays, sur la répression homophobe dans la plupart des pays voisins et sur un pouvoir d’achat moyen des touristes homosexuels réputé supérieur à celui des touristes hétérosexuels.

Pink Mountain est l’œuvre du député Sunil Babu Pant, inlassable défenseur des droits LGBT dans son pays. Il a su rallier à ses vues les pouvoirs publics, en particulier le ministère du Tourisme, qui souhaite doubler la fréquentation du pays pour atteindre le million de visiteurs annuels dès 2011. Mariage dans l’Himalaya et safari à dos d’éléphant sont désormais accessibles à tous les porte-monnaie – bien garnis – des couples homosexuels.

Le Népal pratique maintenant une politique ouvertement favorable aux droits des gays, des lesbiennes et des personnes transgenre. La nouvelle Constitution, très favorable à certains droits LGBT, devrait être promulguée en 2010. Le Parlement aura peut-être adopté d’ici là une proposition de loi, en cours de rédaction, légalisant le mariage homosexuel. Les personnes transgenre ne sont pas oubliées, puisqu’elles peuvent désormais obtenir une carte d’identité et une carte d’électeur spéciales « troisième sexe ».

Courtisée pour son argent et pour son poids politique (au moins 200 000 électeurs potentiels), la communauté LGBT semble maintenant acceptée au sein même de la société népalaise. C’était pourtant une population martyre il y a moins d’une demi-décennie.

Philca / MensGo
(via toute la presse du 15 mars 2010, dont The Canadian Press et NouvelObs.com)

Pas de commentaire.

Ajouter un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *