Pas de vaccin antisida pour l’instant, mais des lueurs d’espoir

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (Pas encore d'évaluation)
Loading...

Pas de vaccin antisida pour l’instant, mais des lueurs d’espoir

Logo Aids Vaccine 2009

Plus de résultats, donc moins d'argent. Cherchez l'erreur. © Hivvaccineenterprise.org.

(Blogmensgo, 20 octobre 2009) L’Entreprise mondiale pour un vaccin contre le sida et l’Agence française de recherches sur le sida et les hépatites virales (ANRS) coorganisent, à Paris, du 19 au 22 octobre 2009, une conférence internationale sur le VIH/sida intitulée Aids Vaccine 2009. L’événement est coprésidé par Françoise Barré-Sinoussi, lauréate du prix Nobel de Médecine en 2008. Les chercheurs du monde entier n’envisagent aucun vaccin efficace contre le VIH/sida sur le court terme.

La conférence évoquera les résultats de dizaines d’expériences thérapeutiques menées à travers le monde. Aucune des recherches en cours ne laisse toutefois espérer un vaccin à très court terme.

Les chercheurs évoqueront notamment un vaccin dont tous les médias ont parlé en septembre 2009, le RV 144, expérimenté en Thaïlande par une équipe américano-thaïlandaise. Associant deux principes actifs inefficaces lorsqu’ils sont pris individuellement, ce vaccin réduit de 31 % des risques d’infection au VIH, c’est-à-dire qu’il est inefficace dans deux cas sur trois. Les premiers essais ont porté sur un échantillon de 16 000 Thaïlandais sains.

Plus prometteur semble être le vaccin suédois Hivis, testé en Tanzanie auprès de 60 policiers en bonne santé, donc pour l’instant à très petite échelle. Les premières conclusions laissent augurer un taux de protection pouvant atteindre 50 %. Le vaccin suédois cherche maintenant un financement pour être expérimenté à plus grande échelle.

Le manque de financement semble être le problème majeur auxquels se heurtent maintenant les équipes de chercheurs spécialisés. Alors que les trithérapies n’ont jamais été aussi efficaces et que de nouveaux vaccins semble désormais à la portée des éprouvettes, de nombreux pays réduisent leurs budgets en faveur des systèmes de santé et de la coopération au développement. Cela risque à la fois de retarder la mise au point d’un vaccin antisida efficace et de propager la pandémie en sacrifiant la disponibilité des trithérapies.

Philca / MensGo
(via toute la presse du 19 octobre 2009, dont AFP, Romandie News et RFI)

Pas de commentaire.

Ajouter un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *