La France rechigne à se souvenir de la déportation homosexuelle

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (Pas encore d'évaluation)
Loading...

La France rechigne à se souvenir de la déportation homosexuelle

(Blogmensgo, 24 avril 2009) Le dimanche 26 avril 2009, comme chaque année, les autorités françaises célèbrent la Journée nationale du souvenir des victimes et des héros de la déportation. Et comme chaque année, elles oublient souvent de commémorer la déportation des homosexuels et d’inviter les organisations LGBT à prendre part aux cérémonies.

Fleurs à Montreuil

Souviens-toi de ne pas oublier ! © Montreuil.fr.

La ville de Montreuil, qui jouxte l’est de Paris, fait partie des rares collectivités publiques qui ont invité des associations LGBT à déposer une gerbe en mémoire des hommes et femmes déportés pour cause d’homosexualité. Avant et pendant la déportation, les nazis stigmatisaient les gays par un triangle rose, tandis qu’ils affublaient d’un triangle noir les individus jugés « socialement inadaptés » comme les lesbiennes, les prostituées et les alcooliques. Les deux sinistres triangles accompagneront la gerbe de fleurs, afin que nul n’oublie.
[Update. La gerbe de fleurs a été volée ! Le Parisien raconte l'affaire dans cet article.]

Dans certaines localités françaises, les cérémonies commémorant la déportation homosexuelle se déroulent en catimini, car des élus ou des associations de déportés refusent toute gerbe ou cérémonie conjointe. C’est pourquoi plusieurs associations LGBT font circuler des pétitions ou des formulaires de réclamation afin d’en finir avec l’ostracisme antihomosexuel.
L’antenne marseillaise du Mémorial de la déportation homosexuelle (MDH) a par exemple ouvert, le 21 avril 2009, une pétition en ligne qui se déroule jusqu’au 31 juillet 2009 et a recueilli 71 signatures au moment où j’écris cette ligne.
L’association lilloise Les Flamants roses (dont le site web n’est plus mis à jour) réitère cette année le même « appel en faveur de la reconnaissance officielle par la République française de la déportation pour motif d’homosexualité durant la Seconde Guerre mondiale » qu’elle avait lancé en avril 2008.

Philca / MensGo
(via La France gaie et lesbienne du 23 avril [Flamants roses] [état des lieux] [Montreuil] et 20Minutes.fr du 24 avril 2009)

Pas de commentaire.

Ajouter un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *