Relatif succès pour le Sidaction 2011

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (Pas encore d'évaluation)
Loading...

Relatif succès pour le Sidaction 2011

Compteur Sidaction : 5,34 millions

Et la sottise de Nora Berra, elle se chiffre à combien ? © Sidaction.org

(Blogmensgo, 4 avril 2011) La récolte de ce week-end à l’occasion du Sidaction 2011 s’est traduite par une très légère hausse des promesses de dons… et par une polémique après qu’une ministre française eut assimilé homosexualité et VIH.

Le Sidaction 2011 a récolté des promesses de don à hauteur de 5,34 millions d’euros, contre 5,2 millions d’euros. Le chiffre de 2011 est susceptible de gonfler un peu, car la récolte des dons se poursuivra jusqu’au 11 avril.

[Commentaire. Verre à moitié plein ou à moitié vide ? Le résultat n’est pas bien fameux, mais il est encourageant au regard de la crise économique dans laquelle est englué le pouvoir d’achat des Français. On peut toutefois se demander si le Sidaction ne continue pas de payer encore, un an et demi plus tard, les déclarations peu amènes de Pierre Bergé à l’encontre du Téléthon…]

La polémique a germé dans la bouche de Nora Berra, secrétaire d’État à la Santé, et s’est amplifiée lors du Sidaction 2011. La ministre française avait affirmé, quelques jours auparavant, lors d’un débat sur la bioéthique devant le Sénat, que l’homosexualité représente « une contre-indication de don » d’organes car elle « est un facteur de risque pour le VIH ». Ces propos ont été unanimement condamnés par les associations et les personnalités engagées dans la lutte contre le sida.

[Commentaire. Il s’agit a priori d’une bourde comme peut en commettre n’importe quel ministre. Sauf que justement, cette bourde émane d’une ministre et qu’elle ressemble plus à une volonté de discrimination et de stigmatisation qu’à une erreur d’appréciation involontaire.

La ministre a bien évidemment confondu réalité statistique et facteur de risque. Si la communauté homosexuelle est plus affectée que d’autres par le VIH/sida, c’est parce qu’elle y a été confrontée depuis plus longtemps et d’une manière initialement plus massive que les hétéros. L’ensemble de la population – et notamment les hétéros – a bénéficié des efforts de prophylaxie initiés par la communauté homosexuelle dès lors que celle-ci a eu connaissance des risques et des dangers du VIH/sida.

Pourquoi Nora Berra n’a-t-elle pas demandé que le don d’organes soit refusé aux fumeurs, lors même que les fumeurs – c’est de notoriété publique et statistique – présentent un risque de morbidité et de dégénérescence des organes nettement supérieur au reste de la population ?

Pourquoi ne pas non plus refuser tout don d’organes aux menuisiers, sachant que ces professionnels sont beaucoup plus susceptibles de développer un cancer – donc d’offrir un organe potentiellement diminué – que n’importe quel instituteur, manutentionnaire, vendeur en papeterie ou employé de bureau ?] [Update du 4 avril 2011. La ministre Berra tente ici une clarification qui manque singulièrement de… clarté.]

Philca / MensGo
(via toute la presse, dont AFP du 3 avril et Terrafemina du 4 avril 2011)

Pas de commentaire.

Ajouter un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *