Les 50 homos qui comptent aux États-Unis

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (Pas encore d'évaluation)
Loading...

Les 50 homos qui comptent aux États-Unis

(Blogmensgo, 14 avril 2009) Qui sont les 50 gays et lesbiennes qui comptent le plus aux États-Unis ? Pour la troisième édition de son palmarès annuel, le mensuel spécialisé Out montre le caractère tout relatif de la puissance et de la gloire : les homos qui comptent vraiment aux États-Unis sont peu nombreux à être connus du grand public gay de ce côté-ci de l’Atlantique – et les doigts d’une seule main suffisent à dénombrer ceux que connaît le grand public européen hétéro.

Photo de Gus Van Sant

Gus Van Sant méritait beaucoup mieux qu'une banale quatorzième place ! © Milkthemovie.com.

Voici une brève et affective revue d’effectifs. Pour le top-5, lire la fin de l’article. Actualité gay oblige, et si l’on en juge à l’aune des articles du blog gay de MensGo, l’année 2008-2009 aura donné leur part de notoriété à trois figures de proue classées par le magazine Out.

Commençons par le moins bien classé des trois, qui est aussi mon préféré (mais on s’en fout). Gus Van Sant entre directement en 14e position du classement, grâce à un film Harvey Milk doublement oscarisé (cf. notre article du 23 février 2009) auquel il n’eût pas été indécent, selon moi, d’ajouter un troisième oscar au titre de meilleur réalisateur. Gus Van Sant est aussi l’une des deux seules personnalités du classement vraiment connues des deux côtés de l’Atlantique ; sa notoriété est peut-être plus significative sur le Vieux Continent, où le public est plus cinéphile (le zyeutage de séries américaines n’étant pas assimilable à la cinéphilie). L’autre personnalité bien connue par le grand public américain et européen appartient elle aussi au monde du cinéma ; il s’agit de l’actrice, réalisatrice et productrice Jodie Foster, reléguée à la 36e position en 2009 après avoir été 13e en 2008 et 43e en 2007. Pas de grosse actu ciné, donc mauvais classement.

L’évêque Gene Robinson doit en partie son arrivée directe en 7e position à l’événement majeur de ce début d’année : l’investiture de Barack Obama, dont le prélat gay fut chargé d’ouvrir la succession de cérémonies officielles (cf. notre article du 13 janvier 2009).

La campagne électorale pour le référendum californien de novembre 2008 sur le mariage gay aura mis Ellen DeGeneres au premier plan de l’actualité américaine. L’animatrice de télévision n’a pas ménagé son engagement personnel et ne s’est pas privée de titiller les candidats à l’élection présidentielle sur le sujet devant les caméras. Ellen DeGeneres régresse toutefois d’une place et se classe 2e en 2009, après avoir été 3e en 2007.

Les autres personnalités connues des deux côtés de l’Atlantique jouissent d’une notoriété plus relative sinon confidentielle. C’est ainsi le cas du designer Tom Ford (38e) et du blogueur de caniveau Perez Hilton (43e), qui font tous deux une chute spectaculaire dans le classement. La 29e place de la photographe Annie Leibovitz en 2007 n’est plus qu’un lointain souvenir. J’espère qu’on ne m’en voudra pas si j’ai oublié quelque « incontournable » et éphémère vedette de sitcom ou de soap-opera. 😀

Quant au top-5, il se compose ainsi ; le député démocrate Barney Frank (1er), 69 ans, président de la commission des Finances ; l’animatrice TV Ellen DeGeneres (2e) ; le journaliste et animateur TV Anderson Cooper (3e) ; la journaliste et animatrice TV Rachel Maddow (4e) ; l’homme d’affaires Tim Gill, fondateur de la société informatique Quark et philanthrope de la cause LGBT (5e).

Le classement du magazine Out s’appuie sur quatre paramètres : le poids politique, l’aura culturelle, la richesse individuelle et le profil actuel de chaque personnalité.

Commentaire. Un tel classement serait bien évidemment impossible dans un pays comme la France, la Suisse ou la Belgique. Pour des raisons de protection juridique de la vie privée, certes, mais aussi et surtout parce que le grand public y est incapable de nommer plus d’une dizaine de gays ou lesbiennes notoires.

Philca / MensGo
(via Out d’avril 2009 et d’avril 2007)

Pas de commentaire.

Ajouter un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *