Gay Pride d’Auckland, sous le signe du mariage lesbien et avec la Première ministre en guest star

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (Pas encore d'évaluation)
Loading...

Gay Pride d’Auckland, sous le signe du mariage lesbien et avec la Première ministre en guest star

(Blogmensgo, blog gay du 20 février 2018) Alors que l’Australie célébrait ses premiers mariages gays, la Nouvelle-Zélande a joué elle aussi la carte du mariage homo, le 17 janvier 2018, avec une 6e Gay Pride d’Auckland où quelque 25 000 personnes ont pu assister à deux grands événements inédits : le premier mariage LGBT – en l’occurrence, lesbien – à bord d’un char de la parade, et un défilé auquel a participé la nouvelle Première ministre néo-zélandaise, Jacinda Ardern, en accompagnant le cortège le long de Ponsonby Road. Autre originalité locale : interdiction de consommer de l’alcool à Ponsonby Road pendant toute la durée du défilé.

Elles s’étaient connues à la Gay Pride d’Auckland il a trois ans. Sinéad O’Connell, 25 ans et Victoria Envy, 28 ans, se sont mariées en toute légalité – et en public ! – sur l’un des chars officiels lors du défilé. Le mariage fait suite à un concours remporté par les désormais jeunes épouses. C’est, paraît-il, la première fois qu’un mariage LGBT est célébré dans l’hémisphère sud dans le cortège même d’une Gay Pride.

Juste avant le départ du cortège, voici Victoria et Sinéad en vedettes américaines néo-zélandaises :

Après avoir révélé sa grossesse en janvier 2018, Jacinda Ardern a pris part au défilé avec le grand sourire d’une future maman. La cheffe du gouvernement n’a toutefois pas caché qu’en matière de droits des LGBT et de société inclusive, la Nouvelle-Zélande doit encore parcourir un chemin beaucoup plus long, escarpé et tortueux que Ponsonby Road.

Ci-dessous – heureusement avec des sous-titres rendus nécessaires par l’accent local – une brève interview de la Première ministre néo-zélandaise, Jacinda Ardern, au cœur du défilé :

L’édition 2018 de la Gay Pride néo-zélandaise s’est déroulée du 2 au 18 février à travers près de 80 événements de toute nature, sur le thème générique de Rainbow Warriors: Pride and Peace (combattants arc-en-ciel, fierté et paix). Le tout avec l’appui ostensible des autorités municipales et nationales. Le défilé du 17 février en fut bien sûr l’expression la plus visible, pendant deux heures, du crépuscule jusqu’à la nuit.

Bon, alors, c’était comment ce fameux défilé du millésime 2018 ? La télévision néo-zélandaise prend son temps pour te donner la réponse, avec pas moins de deux heures d’antenne :

Quelque 71 formations ont arpenté Ponsonby Road, la grande artère chic d’Auckland. Outre les associations de lutte pour les droits LGBT et contre le VIH/sida, on notait la présence de l’unique équipe gay de rugby – le sport roi en Nouvelle-Zélande – et de l’unique voiture de police aux couleurs de l’arc-en-ciel, avec un vrai commissaire de police à l’intérieur. On observera, là encore pour l’anecdote, que le comité d’organisation était dirigé par un homme prénommé Shaughan et dont le patronyme signifie bite de bois (Woodcock).

Et l’an dernier, c’était comment ? C’était comme ceci, avec des conditions atmosphériques moins menaçantes que samedi dernier :

Philca / MensGo

Pas de commentaire.

Ajouter un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *