À Rio de Janeiro, une Gay Pride 2017 plus combative que jamais

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (Pas encore d'évaluation)
Loading...

À Rio de Janeiro, une Gay Pride 2017 plus combative que jamais

(Blogmensgo, blog gay du 20 novembre 2017) La 22e Gay Pride de Rio de Janeiro aura été aussi la première à n’avoir reçu aucune subvention municipale. Le cortège qui a convergé vers l’immense plage de Copacabana, 19 novembre 2017, était par conséquent moins motorisé – seulement six chars en 2017 contre le double en 2016 – mais plus revendicatif que jamais. Le contexte, tant local que national, s’est nettement assombri ces derniers mois au détriment de la communauté LGBT.

Le maire de Rio, Marcelo Crivella, est à la fois un militant évangéliste et un homophobe convaincu. Il avait promis de ne plus subventionner le carnaval (trop de nudité) et la Gay Pride (trop de pédés) qui ont pourtant contribué à entretenir la réputation festive de la ville. Crivella a tenu parole contre la Gay Pride, obligeant ses organisateurs à poursuivre la lutte avec un budget initial amputé des 100.000 dollars – la moitié du budget total – habituellement offerts par la municipalité. Une campagne de financement participatif (crowdfunding) et des parrainages privés auront néanmoins permis d’organiser une Gay Pride digne de ce nom.

L’absence de soutien municipal n’a pas empêché la marée humaine de déferler sur Copacabana. Les participants ont réitéré plus fort que jamais leurs légitimes revendications. Banderoles et pancartes à l’appui, une revendication majeure visait à éradiquer les « thérapies de conversion ». En effet, la justice brésilienne a récemment refusé de juger illégales ces pseudo-thérapies pratiquées par des gens qui se prétendent psychologues mais agissent sur motivations religieuses ou financières.

Le reportage d’Euronews repris ci-dessous rappelle en outre que l’homophobie, entretenue par un fanatisme religieux omniprésent, fait chaque année un grand nombre de victimes – avec 340 meurtres homophobes en 2016 enregistrés au Brésil.

Des dizaines d’artistes ont participé à la manifestation sur un des chars ou en tribune, renonçant à se faire rétribuer.

Même son de cloche alarmiste et pessimiste – il y a de quoi ! – ci-dessous dans ce bref reportage de l’AFP sous-titré en anglais.

Philca / MensGo

Pas de commentaire.

Ajouter un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *