Pierre Bergé (1930-2017)

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (Pas encore d'évaluation)
Loading...

Pierre Bergé (1930-2017)

(Blogmensgo, blog gay du 8 septembre 2017) Pierre Bergé est mort le 8 septembre 2017, à 86 ans, des suites d’une « longue maladie ». Cofondateur et codirigeant de la griffe Yves Saint Laurent, il s’était pacsé avec le couturier après quatre décennies de vie commune. Les lecteurs de ce blog le connaissent surtout pour son engagement en faveur de la cause et de la communauté LGBT : pacs, mariage gay, PMA et GPA. Pierre Bergé aura notamment créé et dirigé l’association Sidaction – qu’il continuait de présider – et le magazine gay Têtu.

On se cantonnera ici, pour l’essentiel, aux thématiques du blog. Rappelons quand même que Pierre Bergé a fait carrière et construit sa fortune dans la haute couture, aux côtés de son compagnon Yves Saint Laurent, Pierre s’occupant de gérer tandis qu’Yves s’ingéniait à créer. Le couple ne s’est pacsé que peu de temps avant la mort d’Yves Saint Laurent en 2008.

Pierre Bergé

Pierre Bergé aimait la beauté des hommes, des vêtements, de l'art et des livres. ©pba-auctions.com

Les deux hommes ont créé une fondation qui porte leurs noms. Madison Cox, vice-président de ce qui est aujourd’hui la Fondation Pierre Bergé – Yves Saint Laurent, a épousé le 31 mars 2017 Pierre Bergé, avec qui il vivait depuis des années.

Pierre Bergé contre le sida

Homme de l’ombre d’Yves Saint Laurent, Pierre Bergé s’est ensuite mis en lumière dans la lutte contre le sida. Il participe d’abord à la création de l’Association de recherche, de communication et d’action pour l’accès aux traitements du VIH/sida (Arcat Sida) dès 1985. Puis il cofonde avec Line Renaud, en 1994, l’association Ensemble contre le sida, aujourd’hui connue sous le nom de Sidaction, et qu’il présidait depuis 1996 après lui avoir versé une partie de sa fortune.

Pierre Bergé et Line Renaud pour Sidaction

Pierre Bergé et Line Renaud ©sidaction.org (copie d'écran)

En évoquant avant-hier la grande époque d’Act-Up Paris, j’ai omis de signaler que Pierre Bergé en fut aussi l’un des mécènes. Mon oubli est donc réparé, à titre posthume.

Citizen Bergé

Le militantisme de Pierre Bergé s’est aussi matérialisé d’une manière durable dans le monde des arts, du spectacle, du livre et des médias. Passionné de lecture, de littérature (il fut le gestionnaire du droit moral de Jean Cocteau et de Pierre Mac Orlan) et en particulier de théâtre, de peinture (il fut jadis l’amant de Bernard Buffet), de sculpture et d’opéra, il aura consacré une partie de sa fortune, à titre d’investissement ou de mécénat, à ses passions culturelles.

Dans le seul domaine des médias gays, rappelons qu’il a créé Têtu en 1995 et l’a revendu en 2013 pour un euro symbolique, non sans avoir épongé lui-même les pertes accumulées par le magazine pendant presque deux décennies.

Pierre Bergé fut aussi l’un des actionnaires de la chaîne câblée Pink TV avant qu’elle ne se spécialise dans le porno gay.

Maladresses et polémiques

Pierre Bergé était un homme de convictions jusque dans ses outrances, y compris celles d’un ploutocrate irascible. Ses prises de position auront parfois suscité ou entretenu la polémique, tant était – d’une manière délibérée ou involontaire – maladroite leur expression.

Plusieurs déclarations ont eu des conséquences négatives pour des causes qu’il défendait. Bergé avait ainsi provoqué une polémique au sujet du Téléthon, dont la gestion était selon lui très perfectible. Mais quelques années plus tard, le fonctionnement du Sidaction et ses collectes moins réussies qu’auparavant faisaient jaser.

Pierre Bergé était certes hostile à la Manif pour tous et partisan du mariage gay, de la procréation médicalement assistée (PMA) et de la gestation pour autrui (GPA), mais il n’aura pas toujours expliqué ses convictions avec tact. Il avait ainsi comparé une mère porteuse qui loue son ventre à une ouvrière qui loue ses bras. De même avait-il signifié sa détestation de la Manif pour tous en disant, selon Wikipédia, que « si une bombe explose sur les Champs[-Élysées] à cause de #laManifPourTous, c’est pas moi qui vais pleurer ».

Devenu copropriétaire du groupe catholique La Vie (alors qu’il disait vouloir supprimer du calendrier toutes les fêtes légales catholiques), Bergé avait fustigé publiquement un édito du magazine éponyme qui s’était déclaré défavorable au mariage gay.

Devenu copropriétaire du groupe Le Monde, il n’hésitait pas à blâmer publiquement les chroniqueurs du quotidien vespéral. Sur des sujets politiques, mais aussi pour telle ou telle critique littéraire qui ne lui plaisait pas. Ainsi reprocha-t-il à l’un des meilleurs écrivains français vivants, Éric Chevillard, d’avoir éreinté le pensum d’une plumitive dans une chronique pourtant désopilante et bien argumentée.

Philca / MensGo

Pas de commentaire.

Ajouter un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *