Quatre décennies d’archives gays offertes à l’université du Minnesota

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (Pas encore d'évaluation)
Loading...

Quatre décennies d’archives gays offertes à l’université du Minnesota

(Blogmensgo, blog gay du 27 octobre 2015) L’histoire judiciaire du mariage gay aux États-Unis a commencé en 1972, quand la Cour suprême fédérale a déclaré irrecevable la demande de Michael McConnell et Jack Baker (affaire Baker contre Nelson). Quarante-trois ans plus tard la plus haute juridiction donnait le feu vert au mariage homo sur l’ensemble du territoire. Le 26 octobre 2015, le couple offrait l’intégralité de ses archives LGBT à l’université du Minnesota.

The Gay Revolution

Cliquer pour agrandir. ©Simon & Schuster.

Michael McConnell et Jack Baker ont inscrit leur nom dans l’histoire LGBT américaine en devenant le premier couple gay à demander, le 18 mai 1970, une licence de mariage qu’on leur refusa aussitôt. Depuis lors, ils ont conservé tous les documents et objets qui témoignent des luttes et des célébrations de leur couple, mais aussi de toute la communauté LGBT.

L’université du Minnesota a reçu de leur part la bagatelle de 80 cartons d’archives en tout genre : lettres, photos, documents judiciaires, badges, drapeaux et tenues de défilé, dépliants et invitations… Il est vrai que l’un des deux époux est bibliothécaire, ce qui aide à la conservation.

Mais Michael McConnell, 73 ans, n’est pas un bibliothécaire comme les autres. En 1970, quand les gens ont su qu’il était gay et qu’il voulait épouser un homme, le conseil d’université de l’université du Minnesota a aussitôt annulé sa promesse d’embaucher McConnell comme bibliothécaire.

En contestant cette décision devant les tribunaux, Michael a obtenu gain de cause en première instance. Mais en octobre 1971, une cour d’appel fédérale a « confirmé le droit de l’université du Minnesota de refuser l’octroi d’un poste de bibliothécaire à un homosexuel notoire ». Car à l’époque l’homosexualité était considérée comme une faute, un péché, voire une maladie mentale et la sodomie était passible de sanctions pénales.

Victory, de Linda Hirshman

Victory! ©HarperCollins.

Quatre décennies plus tard, les deux hommes décidaient de léguer leurs archives au fonds Jean-Nickolaus Tretter Collection in GLBT Studies de l’université du Minnesota. Mais Jack Baker, qui n’en est plus à une procédure près, a d’abord exigé des excuses écrites de la part de l’université.

Ce qui fut fait en 2012. Excuses écrites et discours public de l’actuel président de l’établissement, Eric Kaler. Depuis lors, le couple a donné trois lots d’archives, le quatrième ayant été réceptionné hier. Dans son discours de réception du dernier lot d’archives, Eric Kaler a réitéré ses excuses officielles, expliquant que les mœurs et l’ostracisme universitaires de l’époque n’étaient plus admissibles aujourd’hui.

Le legs contient aussi de nombreux documents plus personnels, en particulier la correspondance intime de Jack et Michael. Les deux donateurs souhaitent que les documents à caractère privé, quoique marqueurs d’éléments sociétaux, ne soient consultables qu’après leur mort. Les chercheurs ont pour l’instant accès au contenu des 34 cartons déjà catalogués.

En attendant, Michael McConnell estime que « l’ardoise est complètement effacée » au regard de son contentieux. Il se réjouit que l’université qui l’a viré il y a quatre décennies soit celle-là même qui accueille aujourd’hui ses archives de toute une vie d’amour et de militantisme gay.

Commentaire. Quand l’histoire et l’Histoire se rejoignent. Celle-ci est devenue grande, celle-là restera émouvante à jamais.

Avant de sécher ma petite larme, je profite de l’occasion pour signaler la parution de deux livres majeurs concernant la lutte vers l’égalité des droits LGBT aux États-Unis.

Le titre le plus récent, signé Lillian Faderman, a pour titre The Gay Revolution: The Story of the Struggle (New York, Simon & Schuster, 816 pages, septembre 2015). Pour en savoir plus, lire sa recension élogieuse par le New York Times Book Review.

L’autre grand livre de référence est celui publié par Linda Hirshman sous le titre Victory: The Triumphant Gay Revolution (2012 en édition cartonnée ; HarperPerennial, 464 pages, édition de poche en 2013).

Le livre de Lillian Faderman présente un point de vue plus documenté sur le militantisme lesbien, tandis que Linda Hirshman se consacre plus souvent aux gays. Aucun des deux ouvrages n’évoque toutefois d’une manière exhaustive les questions trans, peut-être par manque de documentation et de témoignages.

Philca / MensGo

Pas de commentaire.

Ajouter un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *