Prague Pride, une folle semaine en arc-en-ciel

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (Pas encore d'évaluation)
Loading...

Prague Pride, une folle semaine en arc-en-ciel

(Blogmensgo, blog gay du 11 août 2015) Le Prague Pride Festival a commencé hier, sur l’île des Chasseurs (Střelecký ostrov), et s’y achèvera le 16 août 2015. Comme pour les quatre précédentes éditions, l’événement majeur sera le défilé de la Gay Pride qui mettra la capitale tchèque en mode festif et coloré, le samedi 15 août.

Un « Naked Tour Guide Pride », ça te branche ? Alors suis le guide sur YouTube.

Une Gay Pride tchèque en phase de plénitude

Le coup d’envoi du Prague Pride Festival a été donné par Conchita Wurst. À Prague pour un concert exceptionnel mais bref, la drag-queen autrichienne est l’une des nombreuses têtes d’affiche d’un millésime 2015 résolument tourné vers l’international.

L’ex-Première ministre islandaise Jóhanna Sigurðardóttir (accompagnée de son épouse, la journaliste et écrivaine Jónína Leósdóttir) figure elle aussi tout en haut de l’affiche. Les organisateurs ont également invité le documentariste israélien Yariv Mozer (The Invisible Men), son « personnage » palestinien Abdul Rawashda et de nombreuses autres personnalités.

La riche programmation inclut des événements aussi farfelus – et alléchants – que ce Naked Tour Guide Prague où les personnes nues ne sont pas qui l’on imagine.

Couac chez les cathos

La gestation du festival s’est déroulée à mi-chemin entre sérénité et homophobie. De même que la République tchèque se situe aujourd’hui à mi-chemin entre un Occident plus tolérant voire festif et un Orient plus intransigeant voire fanatique à l’encontre des gays, lesbiennes et trans.

Côté positif, la centaine d’événements au programme n’a connu aucune difficulté particulière d’élaboration. La paroisse étudiante Saint-Sauveur avait même – une première au sein de l’Église catholique – affiché son intention de collaborer à deux manifestations.

Côté négatif, la hiérarchie de la paroisse étudiante Saint-Sauveur a opposé une fin de non-recevoir, l’archevêque Dominik Duka ayant fait interdire la tenue des deux manifestations dans des locaux paroissiaux.

Un peu moins homophobe, pas encore enthousiaste

La Prague Pride 2015 est devenue une manifestation semi-institutionnelle. Le gouvernement, à travers son ministre du Travail et la maire de Prague, Adriana Krnáčová, lui apportent un soutien officiel.

On est donc loin des heurts homophobes qui avaient entaché les premières (tentatives de) Gay Pride en République tchèque.

Le pays a institué un pacs homosexuel en 2006, mais le mariage gay se fait attendre. Et fin 2013, soit sept ans après la légalisation du pacs, seuls 2 000 couples – sur 10 millions d’habitants – s’étaient pacsés (cf. notre article du 17 janvier 2014).

La biparentalité homosexuelle et à l’adoption homoparentale, quant à elles, n’ont toujours aucune existence au regard de la loi tchèque.

Si le Prague Pride Festival se veut avant tout festif, la dimension militante du millésime 2015 se focalise plutôt sur la revendication que sur la célébration. Pour souligner ce qu’il reste à faire en République tchèque, mais aussi pour apporter son soutien aux minorités LGBT opprimées dans le reste du monde et en particulier dans les autres pays de l’Europe de l’Est.

Philca / MensGo
(via Radio.cz et Prague Post du 10 août, Prague Monitor du 11 août 2015)

Pas de commentaire.

Ajouter un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *