Les gays peuvent enfin encadrer des scouts aux États-Unis

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (Pas encore d'évaluation)
Loading...

Les gays peuvent enfin encadrer des scouts aux États-Unis

(Blogmensgo, blog gay du 28 juillet 2015) Le bureau exécutif de Boy Scouts of America (BSA) a entériné, le 27 juillet 2015, une résolution supprimant l’interdiction faite aux adultes ouvertement gays d’encadrer des scouts ou de travailler pour l’association. Mais le texte n’est que partiellement friendly.

[Update du 6 février 2017. L’organisation Boy Scouts of America accepte désormais d’inscrire des jeunes comme louveteaux ou scouts en fonction de leur identité de genre et non plus du genre mentionné sur l’acte de naissance. De quoi laisser aux enfants transgenres le droit de vivre conformément à leur identité de genre. Tous les détails en fin d’article.]

Ci-dessous le président de l’association, Robert Gates, affirme que la discrimination homophobe n’était « plus supportable » au sein de BSA, d’où la modification de son règlement.

La résolution a obtenu 79 % des suffrages. Elle est aussitôt entrée en vigueur sur l’ensemble du territoire américain.

Robert Gates, président de BSA, ancien secrétaire d’État à la Défense et lui-même ancien scout, avait pesé de tout son poids en faveur d’une attitude plus friendly au sein du scoutisme américain (cf. la vidéo ci-dessus).

Le nouveau règlement intérieur prohibe en outre toute discrimination fondée sur l’orientation sexuelle dans les locaux de l’organisation ou à travers ses offres d’emploi.

Cette résolution complète une autre décision, prise à 61 % des voix il y a deux ans, à travers laquelle BSA acceptait enfin les scouts gays mineurs (cf. la fin de notre article du 4 février 2013).

À travers le texte voté hier, les organisations partenaires conservent toutefois la possibilité de recruter ou refuser des candidats adultes comme bon leur semble. Et les organisations religieuses partenaires peuvent « continuer d’invoquer des motifs religieux comme critères de sélection d’encadrants adultes, y compris les questions relatives à la sexualité ».

BSA revendique aujourd’hui 2,5 millions de scouts âgés de 7 ans à 21 ans, plus 960.000 adultes bénévoles. Les organisations partenaires apportent aux Boys Scouts of America l’essentiel des bénévoles et des 110 000 troupes de scouts. Environ 70 % de ces organisations affiliées sont de nature religieuse.

Commentaire. Inutile de préciser que les organisations LGBT américaines ont salué cette décision a minima comme il se doit : avec reconnaissance et sans enthousiasme excessif.

Une avancée, certes, mais qui laisse la porte ouverte à l’homophobie d’inspiration religieuse en général et en particulier mormone, cette obédience apportant au scoutisme américain des bataillons de bénévoles et d’associations spécialisées.

Update du 6 février 2017. À compter du 30 janvier 2017, « nous accepterons d’inscrire les jeunes dans les programmes pour Louvetaux ou Boy Scouts en fonction de l’identité de genre mentionnée sur le formulaire d’inscription », annonce BSA dans un communiqué. Chaque section locale se chargera ensuite de trouver la structure la mieux adaptée à l’enfant.

Auparavant et depuis un siècle, l’organisation scoute s’en tenait aux mentions figurant sur l’acte de naissance. Un enfant présentant toutes les apparences physiques et comportementales d’un garçon était immédiatement refoulé si son acte de naissance le disait de sexe féminin ou de sexe indéterminé.

Ci-dessous, la vidéo officielle où Michael Surbaugh, le patron de BSA, explique pourquoi l’organisation de scoutisme met un terme au diktat du certificat de naissance.

Le communiqué de BSA précise que cette approche n’était plus tenable (« nous avons compris que considérer le certificat de naissance comme point de référence ne suffit plus », explique Michael Surbaugh dans la vidéo ci-dessus), car les communautés et les États concernés interprètent chacun à leur manière l’identité de genre, à tel point que les lois en la matière varient fortement d’un État à l’autre. D’où la décision d’arbitrer en faveur d’une plus grande souplesse d’appréciation.

Cette décision fait suite à l’éviction, en décembre 2016, d’un enfant transgenre de 8 ans : il avait le droit d’adhérer aux Boy Scouts of America, puisque son certificat de naissance le déclarait de sexe masculin ; mais elle ressemblait à une fille, se définissant et se comportant comme telle (ou peut-être s’agissait-il d’un enfant né fille mais présentant toutes les apparences d’un garçon – la presse américaine ne le précise pas).

Mon avis. La volte-face de BSA est dictée non pas par le souci de servir la famille et les valeurs familiales et blablabla, mais parce que BSA risquait gros en cas de procès dans l’affaire mentionnée ci-dessus. C’est donc par simple coïncidence que le revirement de BSA sur l’identité de genre, primo intervient en pleine polémique sur les toilettes transgenres aux États-Unis, secundo suscite l’approbation des organisations LGBT.
Source principale : New York Times, 30 janvier 2017.

Philca / MensGo
(via toute la presse du 27 juillet 2015)

Pas de commentaire.

Ajouter un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *