L’éditeur russe Samokat récompensé pour sa lutte anti-homophobie

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (Pas encore d'évaluation)
Loading...

L’éditeur russe Samokat récompensé pour sa lutte anti-homophobie

(Blogmensgo, blog gay du 26 mars 2015) L’Association des éditeurs américains a décerné son prix Jeri Laber International pour la liberté de publier à l’éditrice russe Irina Balakhonova. En 2003, la lauréate a fondé Samokat, une maison d’édition jeunesse qui refuse aujourd’hui d’apposer la signalétique antigay officielle sur les livres où il est question d’homosexualité.

Couverture du livre de Daria Wilke

L'homosexualité fait partie de la vie quotidienne, donc l'auteure Daria Wilke estime qu'il n'y a rien d'anormal à en parler. ©Somokatbook.ru.

Le prix Jeri Laber International 2015 sera officiellement remis le 5 mai prochain. Il récompense une « pionnière dans la publication d’œuvres à thématiques gays bravant la culture et les lois homophobes de la Russie ». Irina Balakhonova et Samokat n’hésitent pas à bousculer les conventions voire à contester des lois homophobes.

En 2013, l’éditrice russe a publié un roman – pour ados et jeunes adultes – de Daria Wilke intitulé Шутовской колпак (ou The Jester’s Cap en anglais et La casquette du bouffon en français, apparemment non traduit dans ces deux langues). L’auteure y raconte la séparation entre un professeur, Sam, contraint de fuir la Russie parce qu’il est gay et son élève de 14 ans, Grisha, qui reste au pays (Daria Wilke a elle-même quitté la Russie pour vivre en Autriche mais elle ne semble pas être – ou se définir comme – lesbienne, selon une interview) et s’interroge sur sa propre orientation sexuelle.
L’éditrice avait alors milité ouvertement pour l’abrogation des lois homophobes en Russie.

« Malgré les lois draconiennes de la Russie qui restreignent avec vigueur et même interdisent les publications LGBT, la lauréate de cette année a refusé de se cacher », a déclaré le comité de sélection du prix Jeri Laber International. Cette distinction internationale récompense chaque année une maison d’édition étrangère (hors des États-Unis) « qui a fait preuve de courage face aux restrictions imposées à la liberté d’expression ».

Le catalogue de Samokat recense 100 auteurs de 16 pays. Son circuit commercial s’appuie sur un réseau de petites et moyennes librairies à travers lequel le livre de Daria Wilke s’est vendu à 2 000 exemplaires.

Irina Balakhonova ne publie pas que des livres LGBT, loin s’en faut. Pour preuve son premier best-seller était un livre jeunesse de l’écrivain français Daniel Pennac, Cabot-Caboche, qui auscultait les rapports entre le chien et l’homme – le narrateur n’étant pas celui que l’on imagine.
Et le 31 mars 2015, Samokat publie un nouveau Pennac dont le titre en français est Le roman d’Ernest et Célestine.

Philca / MensGo
(via ActuaLitté 26 mars 2015)

Pas de commentaire.

Ajouter un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *