Une Gay Pride enfin réussie à Belgrade

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (Pas encore d'évaluation)
Loading...

Une Gay Pride enfin réussie à Belgrade

(Blogmensgo, blog gay du 29 septembre 2014) Une Gay Pride a arpenté le centre-ville de Belgrade, le dimanche 28 septembre 2014, pour la première fois depuis 2010. Les quelque 1 500 participants, encadrés par 7 000 policiers et gendarmes, ont pu constater que tout se passait bien.

Gay Pride de Belgrade : site web | page Facebook

Ci-dessous, un reportage d’une vingtaine de minutes sur la Gay Pride de Belgrade (son direct non commenté) :

Le cortège, fort d’un gros millier de personnes, s’est ébranlé à 12 h 45 pour un rallye d’à peine 2 km entre trois lieux symboliques. Au départ, le siège du gouvernement. À l’arrivée, la mairie de Belgrade. Et entre-temps, l’Assemblée nationale où plusieurs orateurs se sont exprimés.
Le tout dans une ambiance festive, sonore et colorée. Mais sans chars, les seuls visibles alentour étant ceux des forces antiémeute.

Le centre de Belgrade avait auparavant été vidé de son trafic routier. Même les transports en commun étaient neutralisés et les commençants situés sur le parcours avaient dû fermer boutique.
Le quartier était alors réservé aux seuls riverains et aux participants accrédités pour le défilé. Objectif : protéger les gays, lesbiennes, trans et leurs sympathisant(e)s qui avaient choisi de participer au rassemblement tant attendu, à l’issue d’une semaine d’activités arc-en-ciel dans la capitale serbe.

Il s’agissait aussi de protéger les nombreuses personnalités qui ont participé au cortège.
Le gouvernement serbe était représenté par Jadranka Joksimović, ministre sans portefeuille et sa collègue Kori Udovički, ministre de l’Administration publique. Le maire de Belgrade, Siniša Mali, participait lui aussi à la Gay Pride, de même que divers représentants de partis politiques serbes et d’ambassades étrangères, ainsi que la dramaturge Biljana Srbljanović et le réalisateur Srđan Dragojević.

Gay Pride à Belgrade

Pour accéder à l'UE, il faudra beaucoup plus qu'une Gay Pride. Cliquer pour agrandir. ©Flickr/graphphoto.

À noter la présence des chefs de délégation concernant l’accession de la Serbie à l’Union européenne : Tanja Miščević côté Serbie et Michael Davenport côté UE. La tenue d’une Gay Pride dans de bonnes conditions, de même que l’attitude des autorités serbes à l’égard de la communauté LGBT, font partie des préalables imposés à la Serbie pour une éventuelle adhésion à l’Union européenne.
D’où le fait que le gouvernement et les autorités, pour la première fois, aient ostensiblement donné leur accord à la tenue d’une Gay Pride à Belgrade. Les années précédentes, le gouvernement avait fait interdire le défilé en prétextant des problèmes de sécurité (exemples en 2012 et en 2011). La précédente Gay Pride (en 2010) avait été ternie par les violences de casseurs homophobes.

De fait, aucun incident notable n’est à déplorer cette année. Plusieurs dizaines de contre-manifestants ultranationalistes auront tenté en vain d’interrompre le cortège. Ils ont été refoulés par la police antiémeute qui a procédé à une cinquantaine d’arrestations.
Les murs de la capitale serbe ont toutefois subi, peu avant la Gay Pride, une vague de graffitis homophobes sans précédent. L’Église orthodoxe serbe et divers leaders ultranationalistes ou ultrareligieux ont par ailleurs distillé des mots d’ordre allant de la simple réprobation muette devant le cortège jusqu’à l’incitation à casser du pédé.

Commentaire. Le Premier ministre serbe déclarait à qui voulait l’entendre que non, non, le gouvernement n’accordait pas son soutien officiel à la Gay Pride pour se mettre dans les petits papiers de l’UE, mais parce que le pays est épris de justice, de liberté, de droits de l’homme et de sincère amitié à l’égard de la communauté LGBT.

Traduction serbe-français : le Premier ministre serbe nous prend vraiment pour des cons. Sauf si… Eh bien l’an prochain, donc en septembre ou octobre 2015, la Gay Pride de Belgrade se tiendra dans un contexte moins homophobe, moins policier, plus ouvert à la population, plus chaleureux à l’égard de LGBT. Et avec des participants deux, cinq, dix fois plus nombreux. Chiche ?

Philca / MensGo
(via toute la presse et 28 et 29 septembre 2014, dont inSerbia et L’Express)

Pas de commentaire.

Ajouter un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *