L’Afrique du Sud adopte des antirétroviraux low-cost à prise unique

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (Pas encore d'évaluation)
Loading...

L’Afrique du Sud adopte des antirétroviraux low-cost à prise unique

(Blogmensgo, 8 avril 2013) Le gouvernement sud-africain a officiellement lancé, le 8 avril 2013, un programme visant à distribuer massivement des antirétroviraux à prise unique. Le ministre de la Santé, Pakishe Aaron Motsoaledi, affirme que le traitement coûtera seulement 89 rands par patient, soit 7,50 euros (par mois, semble-t-il).

Infographie priorités ARV en Afrique du Sud

ARV : les priorités du gouvernement sud-africain (cliquer pour agrandir). ©Gov.za.

Chaque comprimé contient une association de six éléments, à raison d’un seul comprimé par jour. De quoi engendrer une baisse significative des coûts de logistique et tirer les prix vers le bas. À tel point que cet ARV est « le moins cher du monde », selon le ministre Motsoaledi.

Le ministre précise que la distribution des antirétroviraux à prise unique sera généralisée à partir de juin, au titre de l’année fiscale 2013-2014. Dès le 8 avril 2013, quelque 930 000 patients pourront en bénéficier à travers les 3 000 dispensaires publics du pays. Il s’agira dans un premier temps des nouveaux cas d’infection à VIH, des femmes enceintes et des mères allaitantes, précise le ministre dans un communiqué.

Les patients qui sont déjà sous antirétroviraux à prise multiple pourront migrer vers les nouveaux médicaments à l’issue d’une évaluation clinique par leur médecin traitant. Seront alors considérés comme prioritaires les patients dont la charge virale est devenue indétectable et qui supportent mal la stavudine incluse dans leur traitement antirétroviral actuel.

À terme, les nouveaux antirétroviraux seront administrés à quelque 2,5 millions de patients grâce à un accord avec les laboratoires Aspen Pharmcare, Cipla Medpro et Mylan Pharmaceuticals.

Avec aujourd’hui 6 millions de séropositifs (soit 11 % de la population) dont 1,9 million de personnes sous antirétroviraux, l’Afrique du Sud est l’un des pays les plus touchés par le VIH/sida.

Le Conseil sud-africain du sida (Sanac) salue cette initiative, en signalant que 70 % des séropos sud-africains souffrent aussi de tuberculose et que les antirétroviraux à prise multiple amoindrissent l’efficacité du traitement à cause du difficile respect de la posologie.

Philca / MensGo
(via toute la presse du 8 avril 2013, dont EyeWitness News et Libération)

Pas de commentaire.

Ajouter un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *