Le canton de Genève plus en pointe que celui de Vaud contre l’homophobie à l’école

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (Pas encore d'évaluation)
Loading...

Le canton de Genève plus en pointe que celui de Vaud contre l’homophobie à l’école

(Blogmensgo, 2 avril 2013) La circulaire envoyée à l’automne 2011 par le département de l’instruction publique aux chefs d’établissements scolaires afin de les inciter à lutter contre l’homophobie (cf. notre article du 12 octobre 2011) semble avoir eu plus d’effets du côté de Genève que de Lausanne.

« Il y a eu des expositions, mais aucun groupe d’étudiants ne s’est créé pour évoquer cette question » à Lausanne ou dans le canton de Vaud, constate Florent Jouinot, de l’association VoGay, dans l’article qui me sert de source.

Même son de cloche du côté de Dialogai dont le responsable des projets homophobie, Michael Hausermann, pointe l’exiguïté des ressources allouées par l’administration scolaire aux associations de lutte contre l’homophobie.

Photo élèves formant un cœur

Tollé, donc tolérant. 😉 ©Tollé.

Genève et son canton, en revanche, sont moins avares d’initiatives. C’est au collège de Saussure, à Genève, qu’ont été menées les premières initiatives (cf. aussi notre article du 24 septembre 2012).

De fait, il semble que Tollé (page Facebook) soit la première initiative pérenne émanant des élèves eux-mêmes. Tollé est un collectif – créé par et pour des élèves – qui « met au point des actions de sensibilisation et de discussion sur la thématique LGBT, au collège de Saussure ». La lutte contre l’homophobie figure en bonne place dans l’agenda de Tollé et de son fondateur, Giulio B., 19 ans, lui aussi élève à Saussure.

Commentaire. Faut-il s’étonner du retard pris par le canton de Vaud dans la lutte contre l’homophobie ? Vu de l’extérieur, on imaginerait que ce canton – où VoGay et MensGo luttent activement contre l’homophobie – est idyllique pour la communauté LGBT.

Mais les autorités vaudoises n’ont peut-être pas le même degré d’implication, comme on l’avait noté il y a trois ans au sujet d’un rapport très laxiste (cf. notre article du 4 février 2010).

Philca / MensGo
(via 20 Minutes du 1er avril 2013)

2 réponses

  1. Bonjour,

    Ne pouvant rectifier la manière dont mes propos ont été utilisés par le 20minutes, je souhaiterai ici apporter des précision utiles :

    L’exposition “Stop Homophobie” issue du concours d’affiches organisé par Mosaic-info avec le soutien des cantons de Vaud et Genève à l’occasion de l’IDAHO 2009 de même que l’exposition issue du projet “Jeunes vs Homophobie” du Conseil des Jeunes de la ville de Lausanne ne sont pas “juste des expositions”. Celles-ci sont d’une part le résultat d’une action plus large et d’autre part un outil très efficace dans le cadre de projets d’établissement sur la question (l’une comme l’autre a été exposée dans divers établissements romands et notamment vaudois ayant engagé un projet de prévention de l’homophobie).

    Ensuite, si effectivement il n’existe pas (encore?) à ma connaissance de groupe d’étudiant·e·s spécifiques à cette question à l’intérieur des établissements scolaires vaudois, ce n’est pour autant qu’il n’y a aucune action dans ce domaine dans le canton.

    Du côté des jeunes, la commission homophobie du Conseil des Jeunes de la ville de Lausanne existe toujours et reste active : à travers la promotion et l’accompagnement de l’exposition “Jeunes vs Homophobie” dans divers cadres notamment scolaires (visites guidées, témoignages…) et à travers d’autres projets en réflexion aujourd’hui.

    Du côté de l’institution scolaire, l’année 2012 est loin d’être vide. D’une part, la proposition de réforme des règlements intérieur faite par le CdJ de Lausanne aux établissements de la ville (cf. “projet plus large”) a été reprise par le Parlement des Jeunes du canton de Vaud lorsqu’il a été sollicité à titre consultatif dans le cadre de la réforme du règlement d’application de la LEO (Loi sur l’Enseignement Obligatoire).
    Avec le soutien des institutions scolaires et notamment de celles en charge de la prévention et de la promotion de la santé, ce point est passé dans la réforme. Ainsi le canton de Vaud est à ma connaissance aujourd’hui le seul canton de Suisse intégrant explicitement l’égalité des orientations sexuelles et des genres (Art. 8) ainsi que la prévention de l’homophobie et du sexisme (Art. 100) dans ses textes de loi posant le cadre scolaire. Ce n’est tout de même pas rien !

    Ensuite, dans le cadre du projet Vaud-Genève de prévention de l’homophobie, les équipes santé des établissements de tout le canton de Vaud ont participé à une journée de formation sur la question du harcèlement homophobe.

    Depuis lors, à l’initiative d’encadrant·e·s scolaires (directrice/teur, infirmier·e, médiateur/trice, enseignant·e…) des projets d’établissement ont déjà été mis en place (cf. Gymnase de Burier par exemple) ou le seront prochainement (mise en application de la LEO et de son règlement d’application).

    Alors certes, il n’y a pas d’initiative d’élèves dans leur établissement ressemblant aux formidables projets des jeunes genevois·es (qui effectivement n’ont pas tout le soutien qu’ils mériteraient), mais ce n’est pas pour autant, loin de là, qu’il ne se passe rien dans le canton de Vaud. Simplement, cela a pris un autre chemin.

    La journaliste du 20minutes a retenu 1 phrase de notre échange de plus d’une demi-heure et y a adjoint une conclusion loin de la réalité que j’ai pu lui exposer…

    Au delà de m’agacer personnellement, un tel propos déformé pourrait porter préjudice à la collaboration associations-instutions scolaires qui est à l’œuvre depuis plus d’une année.

    Je doute d’obtenir un rectificatif du 20minutes mais j’ose espérer que ces précisions permettront à MensGo de réviser sa position sur la question de la prévention dans l’espace scolaire vaudois.

    Pour ce qui est des discriminations des personnes LGBT en d’autres institutions relevant du canton c’est une autre histoire. Je pense notamment à une réponse du Conseil d’État, respectivement des différents services, à une interpellation concernant l’accueil des personnes trans*. Donc oui, il reste du boulot et pour ce qui est du canton de Vaud, VoGay et ses partenaires cantonaux et nationaux continuent à œuvrer pour atteindre, un jour, l’égalité juridique et de fait pour tou·e·s.

    Florent Jouinot
    Comité de VoGay
    Coord. Projets Jeunes

  2. philca

    Merci Florent, ton commentaire est passionnant – en plus d’être une source d’information à lui tout seul. 😉

    Je doute en revanche que tu obtiennes publication d’un droit de réponse aussi long. Tu peux peut-être envoyer un texte dans le genre de ceci :

    « Dans votre article [références de l’article], vous avez retenu une seule phrase d’un échange d’une demi-heure avec votre journaliste. C’est la seule phrase à la fois pessimiste et loin de la réalité que je lui aie exposée.

    Un tel propos, ainsi déformé, est de nature à porter atteinte à une année de fructueuse collaboration associations-institutions scolaires dans le canton de Vaud. »

Ajouter un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *