Têtu bientôt racheté par un proche de François Hollande

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (Pas encore d'évaluation)
Loading...

Têtu bientôt racheté par un proche de François Hollande

Site de Têtu

Le nouveau patron commencera-t-il par écoper, par réduire la voilure ou par renflouer le navire ? ©DR.

(Blogmensgo, 17 janvier 2013) L’énarque et homme d’affaires français Jean-Jacques Augier va racheter le mensuel Têtu pour un euro symbolique à son actuel propriétaire Pierre Bergé, ont appris le 16 janvier 2013 les salariés du leader de la presse homosexuelle française. La proposition d’Augier, qui deviendra effective au 1er février, a été préférée à deux autres offres de reprise.

Jean-Jacques Augier, 59 ans, est considéré comme un intime du président François Hollande (il fut trésorier de sa campagne présidentielle). Les deux hommes furent condisciples à l’École nationale d’administration, dans une promotion (Voltaire, 1980) qui aura notamment accouché d’un chef d’État, d’un Premier ministre et de trois ministres. Augier bifurqua ensuite vers le business des taxis (G7) et surtout de l’édition.

Jean-Jacques Augier fut successivement propriétaire des éditions Balland et POL dans les années 1990, de deux librairies et du plus gros distributeur de livres en Chine dans les années 2000, et aujourd’hui copropriétaire du mensuel Books.

C’est chez Balland qu’il fit diriger par Guillaume Dustan le « Rayon gay » (devenu « Le rayon »), première collection LGBT émanant d’un éditeur grand public, jusqu’à l’arrêt de la collection en 2003. Une initiative novatrice, mais logique venant d’un financier littéraire qui revendique son homosexualité.
(Pour en savoir plus, lire ce portrait de Jean-Jacques Augier par le Nouvel Observateur et regarder les interviews mises en ligne par Yagg.)

Têtu est notoirement déficitaire depuis des années, bien qu’il se soit imposé comme l’unique titre pérenne de la presse homosexuelle grand public depuis sa création en 1995 (en prolongement du défunt Gai Pied) et malgré le succès considérable de son site web comme portail de l’actu gay et lesbienne.

Les deux autres projets de reprise émanaient d’un cadre dirigeant de Têtu (dont l’identité n’est pas précisée) et du banquier Mathieu Pigasse, propriétaire de l’hebdomadaire Les inrockuptibles.

Le repreneur de Têtu trouvera « dans les caisses une trésorerie suffisante pour tenir deux ans », selon le HuffingtonPost cité par NouvelObs.com. L’offre de reprise impliquerait à la fois une réorganisation profonde du magazine et le licenciement de la moitié des 27 salariés.

Commentaire. Le site web de Têtu n’avait pas encore évoqué ce sujet à l’heure où je bouclais mon article.

Nul doute que le nouveau propriétaire du magazine – si l’information est avérée – aura pour mission principale de rentabiliser tout ce qui peut l’être. Toutes les options semblent possibles. Têtu doit-il conserver son édition papier à l’heure où la presse traditionnelle et sa distribution physique sont crise ? Ou bien doit-il, à l’instar de l’hebdomadaire américain Newsweek, devenir un magazine exclusivement numérique ?

Tout dépend de savoir s’il est possible de rentabiliser la présence en ligne de Têtu, donc d’en monétiser certains éléments actuels ou futurs. Autrement dit, dans quelle mesure est-il possible de faire passer une partie du site web en mode payant ? Le groupe Têtu peut-il se lancer sur des segments plus rémunérateurs, et lesquels ? Par exemple en développant un pôle éditorial sur support dématérialisé (presse en ligne ou ebooks) ou en diversifiant l’activité vers des secteurs tels que le tourisme ou, pourquoi pas, le porno.
Oui, le porno ! Il n’est point de sot métier. C’est en travaillant dans un sex-shop, à une époque où Têtu n’existait pas encore, que j’ai pu financer les brillantes études qui m’ont offert un passeport pour Précaireland. 😉

Quoi qu’il en soit, je souhaite bonne chance au repreneur et surtout bon courage aux salariés.

Philca / MensGo
(via Le Monde du 16 janvier et NouvelObs.com du 17 janvier 2013)

Pas de commentaire.

Ajouter un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *