Histoire du Belge qui croyait avoir fait erreur sur le sexe de sa femme

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (Pas encore d'évaluation)
Loading...

Histoire du Belge qui croyait avoir fait erreur sur le sexe de sa femme

(Blogmensgo, 29 novembre 2012) Un Belge de 64 ans, marié avec une Indonésienne de 48 ans, veut faire annuler son mariage. Après dix-neuf années de mariage, l’homme (appelons-le Jan) a découvert que son épouse (appelons-la Monica) était née homme puis devenue femme à la suite d’une opération. Histoire vraie, seuls les prénoms ont été modifiés.

Photo de billet indonésien

Il était belge à Anvers et ballot à Bali… ©PhotoXpress/Oleg Mitiukhin.

Monica était une superbe Indonésienne de 27 ans, jeune fille au pair, lorsque Jan tomba fou amoureux d’elle. Jan, déjà deux fois divorcé et père de quatre enfants, se maria avec Monica et fut ravi d’apprendre qu’elle ne souhaitait pas avoir d’enfants.

Pendant dix-sept ans, Jan fut le plus heureux des maris. Sa femme cuisinait super-bien, elle était « belle et féminine », elle « n’avait aucun trait masculin » et baisait normalement. Le couple filait le grand amour à Anvers.

Jan était pourtant le seul membre de la famille à ignorer, malgré les rumeurs insistantes, que sa femme avait jadis été un homme. C’est une gaffe commise par le cousin de son épouse qui apprit la vérité à Jan. Il découvrit que Monica avait subi une opération de réassignation sexuelle avant de vivre en Belgique. « Je me sens comme si j’avais été violé pendant près de vingt ans », se lamente aujourd’hui le retraité dans les colonnes du quotidien néerlandophone Nieuwsblad qui a révélé l’affaire le 24 novembre 2012.

Le couple est brisé depuis deux ans, mais continue de vivre sous le même toit. Jan veut faire annuler son mariage par voie judiciaire, affirmant que Monica a falsifié des documents pour obtenir un visa et se marier.

Commentaire. La fin de cette histoire ressemble étrangement à celle des coming out, avec ces parents qui se disent atterrés de découvrir que leur fils ou fille est gay ou lesbienne et qu’ils n’ont « rien vu » pendant dix-sept ou dix-neuf ans.

Phase classique, donc, de vociférations, de récriminations voire d’anathèmes. Les yeux sont dessillés, les bras sont tombés, le sol s’est dérobé, l’univers antérieur a perdu ses fondements et tout est à reconstruire. Bien.

Passé cette première phase de violence et d’abattement, parfois même de rupture, la plupart des parents se reconstruisent une échelle de valeurs et reviennent à de meilleures dispositions en faveur de leur enfant. Leur faut-il deux ans pour y parvenir ? C’est variable.

Le brave Jan d’Anvers, là, il marine dans son jus d’incompréhension depuis deux ans. Il paraît que ses enfants « sont dévastés » de savoir que leur belle-mère indonésienne est plus belle que mère. Il paraît aussi que Jan « suit un traitement psychiatrique ». M’est avis qu’il en a manifestement besoin. On lui souhaite d’avoir trouvé un psy ni trop con ni trop gâté par les préjugés.

Mais vu que le père Jan consulte depuis deux ans déjà, j’ai l’impression que sa beaufitude ne se résume pas à une simple transphobie. Le principal grief qui transpire de son interview dans Nieuwsblad est d’avoir été pris pour un imbécile heureux pendant des lustres. Une simple blessure d’amour-propre, au lieu de se raccommoder toute seule, est devenue béante donc plus difficile à guérir – comme bien souvent chez les parents dont l’enfant fait son coming out.

Le titre de cet article semblera étrange aux yeux de plus d’un lecteur. Ce brave Jan « croyait avoir fait erreur » pendant deux décennies sur l’identité sexuelle de sa femme ? Eh bien non, il ne s’était pas trompé pendant toutes ces années-là. L’identité sexuelle d’une personne qui est regardée n’appartient pas à la personne qui regarde mais à celle qui est regardée. Autrement dit, un homme qui devient femme est une femme, quand bien même elle aura été homme dans le passé. C’est ce que neuf personnes sur dix, aussi intelligentes soient-elles, n’arrivent pas à comprendre.

Philca / MensGo
(via Le Figaro du 29 novembre 2012)

1 réponse

  1. Patricia Viana

    Je trouve d’un culot sans précédent cette histoire…

    Le Mari…. Soit disant ne s’en doutais de rien ???? Alors que toute sa famille était au courent…. ?? Bizarre !!!

    Et aussi .. à 20 ans en arrière la médecine n’était elle pas encore au point maximale de la qualité esthétique pour qu’il ne voie pas des cicatrices ou même des différences entre le neovagin de sa femme et celui d’une autre femme rencontré avant son mariage (supposant qu’il a été fidèle)….

    Donc… avec une ample connaissance de cause … je peux dire que lui … il veut tout simplement avoir une raison plausible (excuse) pour son divorce après, se faire remarquer par le cousin (aussi con que le mari) soit dit, du transsexualité de sa femme !!

    Une honte pour la société moderne !!!!!

    AHHHH Le placard… le bon et vieux placard !!!

Ajouter un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *