Existrans met Paris en ébullitranse

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (Pas encore d'évaluation)
Loading...

Existrans met Paris en ébullitranse

Affiche Existrans

Espérons que la maréchaussée ne se mettra pas trop en transe… ©Existrans.net.

(Blogmensgo, 19 octobre 2012) C’est demain samedi 20 octobre 2012, à Paris, que se tient la 16e édition d’Existrans. Le défilé qui s’élancera de la place de la Bastille dès 14 heures veut surtout « bien faire entendre nos voix afin que cesse la transphobie ordinaire impulsée par l’État français ». Le slogan générique de cette année exige « Des papiers : si je veux, quand je veux ! »

Existrans : site | blog | édition 2012

Il s’agit, en raccourci, de demander à la France qu’elle cesse de prendre les personnes trans pour des abrutis, pour des psychopathes, pour des irresponsables, pour des délinquants ou même pour des enfants.

D’une manière plus précise, les personnes trans réclament un statut conforme à leur identité, sans devoir se faire suivre par un psy, sans subir une stérilisation contrainte (comme le faisaient plusieurs pays à l’encontre des handicapés mentaux), sans payer des médecins en lieu et place de la Sécurité sociale, sans n’avoir pas le droit de choisir son propre médecin ou spécialiste comme n’importe qui d’autre peut librement choisir son propre médecin traitant.

Et bien sûr, les personnes trans réclament l’arrêt immédiat et inconditionnel de toutes les mesures d’humiliation : les ghettos médicaux (soi-disant spécialisés), la discrimination administrative, professionnelle, médicale, sexuelle, identitaire, éducative, judiciaire, sociale et méprisante, qui font de la France un pays guère plus avancé en matière de droits des personnes trans que n’importe quelle démocratie bananière.

Mais que l’on se rassure, la marche du 20 octobre sera aussi festive que les précédentes. Avec toutefois deux différences de taille, l’une comme l’autre relatives au contexte politique. Il s’agira de faire entrer dans les mœurs la loi du 6 août 2012 instituant l’article 225-1 du code pénal qui considère comme « discrimination toute distinction opérée entre les personnes physiques à raison de leur […] orientation ou identité sexuelle ». Il s’agira aussi de mettre le gouvernement au pied du mur de ses promesses non encore tenues.

Philca / MensGo(via le blog d’Existrans)

Pas de commentaire.

Ajouter un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *