Les trophées du tourisme gay de Grindr honorent Londres et Tel-Aviv

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (Pas encore d'évaluation)
Loading...

Les trophées du tourisme gay de Grindr honorent Londres et Tel-Aviv

Photo de Joel Simkhai

Joel Simkhai. Le patron de Grindr aime Provincetown et Tel-Aviv. Chercher l'erreur. ©Grindr.com.

(Blogmensgo, 19 avril 2012) Presque trois ans après sa création, Grindr, application et réseau social pour mobinautes gay, place Londres et Tel-Aviv en tête de ses trophées du tourisme gay publiés le 13 avril 2012. L’événement, dont c’est la première cuvée, se présente comme une manifestation annuelle.

Les membres de Grindr ont élu Londres ville la plus gay du monde, New York étant désignée ville la plus gay des États-Unis. Tel-Aviv est la ville où l’on trouve les mecs les plus chauds de la planète, tandis que Los Angeles décroche le pompon étatsunien.

Les votes des membres ont distingué cinq autres villes, au titre de la meilleure plage gay (Rio de Janeiro à l’échelle mondiale et Miami aux États-Unis, avec la ville californienne de Palm Springs comme meilleure station balnéaire américaine) et au titre de ville accueillant les meilleurs festivals gay (Sydney pour l’international, San Francisco pour les États-Unis).

L’équipe de Grindr a par ailleurs voulu distinguer, hors concours, trois villes pour leur contribution à la cause gay. Buenos Aires (Argentine) est ainsi désignée meilleure ville au monde pour se marier, Provincetown (Massachusetts) est la meilleure ville des États-Unis pour un mariage gay et pour ce qui concerne le meilleure célébration d’une Gay Pride, la récompense échoit à São Paulo. Ce trio apparaît logique aux yeux de Grindr, car l’Argentine fut le premier pays latino-américain à légaliser le mariage homosexuel, tandis que le Massachusetts était le premier État américain à faire de même et que São Paulo accueille la plus gigantesque Gay Pride au monde.

Commentaire. Le nombre et les nationalités des votants ne sont pas précisés, non plus que les modalités du scrutin et l’éventuelle pondération des votes.
Le palmarès ne m’a guère surpris, à l’exception notable de Provincetown. Quant au choix des destinations (pas de plages naturistes ni de villes aux nuits gay trop chaudes), il est un peu trop aseptisé à mon goût.

Philca / MensGo
(via Le Parisien du 19 avril 2012)

3 réponses

  1. Je trouve cet article intéressant et je suis bien d’accord avec l’auteur sur l’aspect policé du classement.

    Même dans les villes US, l’originalité est pas vraiment au rendez vous (quid de San Diego, Atlanta ou Seattle qui ont eu différentes distinctions ces derniers temps). Ne connaissant pas les modalités d’élection, un peu dur de porter un jugement … Moi j’utilise régulièrement Grindr et on ne m’a jamais rien demandé …

    Province Town est super sympa en été, même si on n’y va pas pour se marier. Il y a plein de choses pour les gay c’est aussi connu que Fire Island, une station balnéaire gay proche de N-Y, aux Etats-Unis.

  2. philca

    Provincetown, j’y suis passé il y a fort longtemps ; c’est à peu près comme Newport : station balnéaire assez chic et très très très kitsch. Les Américains adorent, certains touristes étrangers aussi ; moi, c’est tout ce que je déteste.

    Atlanta aussi, j’y suis passé il y a longtemps. C’est, de toutes les grandes villes où je suis passé (du Canada jusqu’à la Caroline du Sud), celle que j’ai le moins aimée – et de très loin !

  3. Je me suis pas rendu personnellement à Atlanta, mais j’ai un couple d’amis gays qui y vit ainsi qu’une partie de ma famille (mes cousins). Je pense que la ville a évolué. Après c’est sur qu’à Atlanta il n’y a pas autant à faire que Miami ou New York , mais pour un week end où quelques jours, sur la route d’une autre destination, je pense qu’elle mérite un détour.

Ajouter un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *