Intersexe et hermaphrodite, mode d’emploi

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (Pas encore d'évaluation)
Loading...

Intersexe et hermaphrodite, mode d’emploi

(Blogmensgo, 6 janvier 2012) Les scientifiques recensent pas moins de 25 types de personnes intersexuées. C’est l’une des choses que j’ai apprises en regardant, sur Arte, un documentaire de l’émission X:enius intitulé Hermaphrodite : ni homme, ni femme ?. Le lien ci-dessus et le film ci-dessous risquent d’être sont désactivés dans quelques jours, Arte n’offrant une rediffusion en ligne que pendant une semaine. Donc, à visionner de toute urgence.

X:enius est certainement – à mon avis – le meilleur magazine de vulgarisation scientifique diffusé en France, si l’on excepte l’émission C’est pas sorcier à vocation plus strictement pédagogique.

Donc, l’émission d’hier s’intéressait plus particulièrement aux personnes intersexuées, c’est-à-dire nées avec un sexe indéterminé ou contraire à leur caryotype. Nombre d’enfants et de jeunes adolescents intersexués ont subi des ravages chirurgicaux irréversibles consécutifs aux oukases du corps médical ou même de leurs parents, faisant mal en prônant le bien, croyant pouvoir dicter leur bien-être aux enfants, enfouissant la nature sous des tombereaux de stigmatisation et de culpabilité.

Résultat, un profond mal-être physique, psychique, social et sociétal. Et une proportion faramineuse de tentatives de suicide (40 % de la population intersexuée, si j’ai bonne mémoire). Encore la demi-heure de reportage se focalise-t-elle sur l’Allemagne, pays pourtant plus « tolérant » à cet égard que la plupart des autres États européens. On imagine le désastre ailleurs.

Comment mettre fin à la stigmatisation et à la boucherie pseudo-médicale ? Plusieurs intervenants suggèrent soit de légaliser la création d’un « troisième sexe », soit d’abolir la mention du genre sur les documents et formulaires officiels.

Commentaire. Sur la page de rediffusion, ce reportage n’affiche actuellement n’affichait qu’une note de 2,32 sur 5, après 113 votes. C’est dire le poids des préjugés.

Quoi qu’il en soit, le documentaire d’hier m’a appris des tas de choses. À visionner impérativement.

Philca / MensGo

Pas de commentaire.

Ajouter un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *