Une lesbienne de l’Essonne autorisée à adopter

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (Pas encore d'évaluation)
Loading...

Une lesbienne de l’Essonne autorisée à adopter

Dessin farandole d'enfants

En France, l'adoption homoparentale progresse. Lentement… ©Photoxpress.com / Jeancliclac.

(Blogmensgo, 12 juillet 2011) Le conseil général (département français) de l’Essonne a récemment donné un agrément d’adoption à une homosexuelle de 33 ans, dont l’identité n’est pas révélée. L’enquête psychologique et familiale – ponctuée par une dizaine de rendez-vous, dont un à domicile – a montré que la demandeuse correspondait aux critères en vigueur et que sa démarche n’était pas susceptible de nuire « à l’intérêt de l’enfant ». La requérante s’était présentée non pas comme célibataire isolée, mais comme lesbienne vivant en couple.

En France, l’agrément d’adoption permet à son bénéficiaire d’adopter un enfant dans les cinq années qui suivent. L’agrément a été signé par le socialiste Jérôme Guedj, président du conseil général de l’Essonne. « Les couples homosexuels doivent pouvoir adopter dans les mêmes conditions que les couples hétérosexuels. La société française est assez mûre pour comprendre que l’orientation sexuelle ne doit pas être un facteur discriminant », explique-t-il au Parisien.

Le profil de cette candidate à l’adoption est assez spécifique, dans la mesure où elle vit depuis des années avec sa compagne et la fille de celle-ci. Rarissimes sont les demandes d’adoption émanant de personnes qui se présentent comme homosexuelles.

La France a été condamnée en 2008 par la Cour européenne des droits de l’homme (CEDH) parce qu’un conseil général refusait un agrément d’adoption à une personne homosexuelle. Depuis lors, la justice française donne volontiers raison aux demandes légitimes émanant de futurs parents gay ou lesbiens en cas de refus administratif. On en a parlé sur ce blog à plusieurs reprises ces dernières années, en référence par exemple aux décisions du tribunal administratif de Besançon en novembre 2009, du tribunal de grande instance de Créteil en février 2010 et de la cour d’appel de Paris en mars 2011.

Philca / MensGo

(via toute la presse du 8 juillet 2011, dont Le Parisien et Libération)

Pas de commentaire.

Ajouter un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *