Le Royaume-Uni refuse une demande d’adoption par un couple homophobe

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (Pas encore d'évaluation)
Loading...

Le Royaume-Uni refuse une demande d’adoption par un couple homophobe

Photo de mains

Non aux homophobes qui embrigadent les gosses avec leur prêchi-prêcha ! © Photoxpress.com / André Létzel.

(Blogmensgo, 1er mars 2011) La justice londonienne a débouté, le 28 février 2011, un couple de sexagénaires qui s’était vu refuser par la municipalité de Derby un statut d’adoptants provisoires en raison de leur homophobie. Owen et Eunice Johns, âgés respectivement de 65 ans et 62 ans, souhaitaient accueillir un jeune orphelin dans leur foyer, mais un travailleur social avait invalidé leur demande en constatant que le couple ne voulait pas considérer un « mode de vie homosexuel » comme acceptable.

Les époux Johns avaient alors porté l’affaire en justice, affirmant être victime d’un refus pour motif religieux. Ces pentecôtistes fort croyants avaient déjà eu l’occasion d’être agréés comme famille d’accueil dans des dossiers similaires. Les juges Munby et Beatson les ont déboutés, non sans préciser que les lois contre la discrimination fondée sur l’orientation sexuelle « doivent l’emporter » sur les lois contre la discrimination fondée sur l’appartenance religieuse.

On ignore pour l’instant si Eunice et Owen Johns feront appel de ce jugement.

Commentaire. La photo des époux Johns atteste une religiosité exacerbée, voire excessive. N’importe quel travailleur digne de bons sens leur refuserait le moindre agrément, tant leur fanatisme religieux risque de contaminer les gamins.

L’intérêt de cette décision de justice est qu’elle met en avant un refus motivé par l’homophobie des requérants. On peut soupçonner qu’il s’agit là d’une ruse visant à contourner leur ultrareligiosité. Il serait donc intéressant qu’une autre affaire aboutisse aux mêmes conclusions, mais sans que les déboutés soient des « fous de Dieu » – ni qu’ils soient noirs ou sexagénaires, ce que certains esprits chagrins pourraient utiliser comme autant de prétextes fallacieux.

Philca / MensGo

(via Cyberpresse.ca et The Telegraph du 28 février 2011)

Pas de commentaire.

Ajouter un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *