Johnny Weir sort du placard en triple axel

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (Pas encore d'évaluation)
Loading...

Johnny Weir sort du placard en triple axel

Livre de Johnny Weir

“Gale is weird since gay is Weir!” (intraduisible devise apocryphe d'un patineur russophile) © Amazon.fr.

(Blogmensgo, 7 janvier 2011) Le patineur américain Johnny Weir, 26 ans, révèle son homosexualité dans une autobiographie intitulée Welcome to My World (Bienvenue dans mon univers), à paraître le 11 janvier 2011.

Triple champion national et médaillé de bronze aux championnats du monde de patinage artistique en 2008, Johnny Weir est l’un des rares sportifs en activité – même s’il prend une année sabbatique pour la saison 2010-2011 – à sortir du placard. Il dit l’avoir fait, entre autres, afin que les jeunes gays aient la force d’assumer leur homosexualité et de la vivre en pleine harmonie plutôt que d’abréger leur existence. En revanche, précise Weir, son orientation sexuelle ne pose aucun problème dans sa famille même si sa mère a tout d’abord pleuré en l’apprenant il y a huit ans.

C’est donc de son plein gré et non pour satisfaire à la pression insistante des médias gay que Johnny Weir assume désormais au grand jour sa préférence pour les hommes, dont il prit conscience dès l’âge de 6 ans. Il s’en était alors aperçu en regardant le film Pretty Woman qui le fit se pâmer pour Richard Gere et non pas pour Julia Roberts. Il aura ensuite attendu dix années avant de rouler un patin à un garçon, puis de vivre une aventure avec un autre patineur.

Pourquoi avant attendu si longtemps avant de révéler son homosexualité ? Par calcul, en quelque sorte. Les patineurs étant classés en fonction des notes qu’ils reçoivent, ils n’ont aucun intérêt à ce que des juges homophobes apprennent qu’ils sont homosexuels.

L’exubérant patineur affiche des goûts parfois originaux pour un jeune Américain. Si son penchant pour Elton John et Lady Gaga n’a rien de surprenant, son appétence pour Édith Piaf est déjà moins convenue, de même que sa russophilie et son goût pour Tolstoï, Pouchkine et… Aeroflot !

Philca / MensGo

(via toute la presse du 6 janvier, 2011, dont RDS.ca, Associated Press, EW.com et NY Daily News)

Pas de commentaire.

Ajouter un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *