Madonna, Stéphane Hessel et l’homosexualité

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (Pas encore d'évaluation)
Loading...

Madonna, Stéphane Hessel et l’homosexualité

(Blogmensgo, 15 novembre 2010) Non, Stéphane Hessel n’écoute pas les œuvres de Madonna en boucle et il est possible que Madonna n’ait jamais entendu parler de Stéphane Hessel. Ces deux personnalités fort dissemblables ont comme point commun d’être ostensiblement gay-friendly, voire plus si affinités.

Madonna, 52 ans, s’est dite bouleversée par la vague de suicides aux États-Unis parmi les jeunes gays et lesbiennes victimes d’outing malveillant et d’homophobie. Elle s’en est émue à l’occasion du très populaire Ellen DeGeneres Show, comme on peut le voir ci-dessous en version intégrale non montée.

« Le suicide en général est un drame, mais d’entendre que des jeunes se tuent à cause de cela, c’est impensable », a dit la chanteuse américaine. Et Madonna de plaider pour le droit à la différence : « Ce n’est que lorsque mon prof de ballet, qui était gay lui-même, m’a pris sous son aile, et qu'il m’a présentée à une communauté d’artistes, de gens incroyables, que j’ai compris que ce n’était pas grave d’être différente. Une fois que vous avez surmonté des épreuves, c'est le fait d’être unique qui va vous permettre de triompher dans la vie. »

Bref, explique Madonna, « je n’aurais pas eu de carrière s’il n’y avait pas eu la communauté gay » – qui le lui rend bien.

Quant au diplomate français Stéphane Hessel (fiche Wikipédia), sa vie et son engagement faisaient l’objet d’un documentaire sur France 5 intitulé Stéphane Hessel, Sisyphe heureux (vidéo intégrale en ligne jusqu’au 19 novembre 2010). Le rapport de cet « homme à femmes » avec l’homosexualité ? Eh bien le voici. Alors qu’il évoque une de ses conquêtes féminines, Hessel fait un aparté et raconte en substance l’anecdote que je résume ici de mémoire : « J’ai toujours aimé les femmes, et je n’ai aimé que les femmes. Ma mère me suggérait pourtant d’avoir des relations avec des hommes ; je n’ai pu m’y résoudre, même je sais que ça lui aurait fait très plaisir. »

La manière dont l’explique l’ancien résistant et ancien déporté à Buchenwald atteste qu’il est viscéralement gay-friendly (il a par ailleurs eu des prises de position dans ce sens). Peut-être sa mère voulait-elle cultiver chez lui cette prétendue part de « féminité » qui se matérialise à travers une grande douceur lorsqu’il parle et surtout par un phrasé si particulier. Quoi qu’il en soit, l’anecdote rapportée par Hessel donnait une tournure quelque peu inattendue à ce documentaire un peu trop convenu.

Philca / MensGo
(via 20 Minutes du 10 novembre 2010)

2 réponses

  1. Cher Philca: “Peut-être sa mère voulait-elle cultiver chez lui cette part de féminité qui…”. En tant qu’habitant de cette planète qui se sent 100% homme et 100% homosexuel, je me vois obligé de vous rappeler que l’on ne naît/devient gay pas forcément pour se mettre en quête de sa part féminine. Lorsque j’aime ou couche avec un autre homme, la dernière des choses qui m’attire chez lui c’est sa féminité : ça va de même –je jurerais– pour les autres hommes à mes égards.

    Si vous me permettez d’être un peu brusque:-) si je me sentais femme dans une certaine mesure, j’essaierais de changer mon sexe ou –pour le moins– de me travestir de temps en temps ; par contre, si c’était la dimension féminine que je cherche chez les autres, je serais hétérosexuel. C’est bien sûr une approche personnelle à la question homosexuelle, mais c’est une approche que partagent pas mal de gays du 21ème siècle.

    [J’ai l’impression que mes choix de langue & temps verbaux français ont tout à fait dérapé. Merci de tes éventuelles corrections.]

  2. philca

    Hum, je suis allé beaucoup trop vite dans ma rédaction… en oubliant un adjectif avant le substantif et les guillemets autour de ce même substantif.

    Il fallait lire : prétendue « féminité ».
    (Ce que je vais d’ailleurs corriger.)

    Ça ne me réussit pas d’écrire le matin… 😀

Ajouter un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *