Le Pentagone conclut à la possibilité d’une armée gay-friendly

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (Pas encore d'évaluation)
Loading...

Le Pentagone conclut à la possibilité d’une armée gay-friendly

Photo de militaires

On se dépêche de rentrer, ce soir il y a une conférence sur la sodomie ! © US Air Force / Sgt Larry E. Reid Jr

(Blogmensgo, 11 novembre 2010) Plus de 70 % des répondants sont favorables à l’abrogation du tabou homosexuel dans l’US Army ou n’y voient pas d’inconvénient majeur, selon un sondage mené pendant l’été 2010 par le Pentagone auprès de 400 000 miliaires d’active ou de réserve et de 150 000 conjoints de militaires. Un rapport de 370 pages, qui sera officiellement transmis le 1er décembre 2010 par le Pentagone au président Barack Obama, en conclut que la loi « Don’t ask, don’t tell » (ne rien demander, ne rien dire) pourrait facilement être abrogée sans nuire au moral des troupes ni poser de problème notable.

Le rapport du Pentagone suggère que l’US Army cesse dès maintenant d’interdire la sodomie entre adultes consentants, donc sans attendre les conclusions des tribunaux et du Congrès sur le devenir de la loi « Don’t ask, don’t tell ». Il est également impératif, insiste le rapport, d’accéder à la demande des gays en ne créant pas d’unités spéciales pour les militaires gay sous prétexte d’égalité des chances ou de discrimination positive. De même la hiérarchie devra-t-elle examiner au cas par cas les demandes des militaires refusant de dormir ou de prendre leur douche en présence de collègues homosexuels.

Outre le sondage proprement dit, le Pentagone s’est appuyé sur les commentaires de militaires hétérosexuels et homosexuels (en garantissant leur anonymat) et sur des panels de discussion. Si les militaires hostiles à l’idée de côtoyer des collègues ouvertement homosexuels restent minoritaires, cette minorité culmine quand même à 40 % dans la marine.

Le rapport préconise de dresser un bilan douze mois après l’éventuelle abolition du tabou homosexuel dans l’armée, que le président Obama souhaite faire voter avant la fin 2010, c’est-à-dire avant que n’entre en fonctions la nouvelle majorité républicaine instaurée par le scrutin du 2 novembre.

Philca / MensGo
(via Cyberpresse.ca et The Washington Post du 11 novembre 2010)

Pas de commentaire.

Ajouter un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *