Grâce présidentielle pour le couple gay du Malawi

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (Pas encore d'évaluation)
Loading...

Grâce présidentielle pour le couple gay du Malawi

Photo de Bingu wa Mutharika

Bingu wa Mutharika pense-t-il que le costard et la cravate sont plus conformes à la culture africaine que l'homosexualité ? © World Economic Forum / Eric Miller.

(Blogmensgo, 31 mai 2010) Le chef d’État du Malawi, Bingu wa Mutharika, a gracié le 29 mai 2010, « pour raisons humanitaires », le couple gay qui venait d’être condamné à quatorze ans d’emprisonnement pour homosexualité. Tiwonge Chimbalanga et Steven Monjeza avaient été jugés la semaine précédente (cf. notre article du 20 mai 2010). Les deux hommes ont aussitôt été libérés avant de regagner séparément leur village natal, où leurs familles respectives les ont accueillis chaleureusement.

Cette « libération immédiate et sans conditions », précise le chef de l’État, intervient alors que « ces garçons ont commis un crime contre notre culture, contre notre religion, contre nos lois ». La décision de Bingu wa Mutharika n’est donc nullement un geste vers la légalisation de l’homosexualité au Malawi. Le couple gay avait été condamné pour s’être « marié » à titre symbolique lors d’une cérémonie traditionnelle.

Après cinq mois d’emprisonnement, les deux jeunes gens sont maintenant confrontés au risque d’agression, dans un pays où l’homophobie est très vivace. Le gouvernement et la hiérarchie religieuse du Malawi avaient salué la condamnation de Tiwonge Chimbalanga et Steven Monjeza, sous prétexte que leurs actes seraient contraires à la nature humaine et à la culture malawite.

La libération des deux hommes a été saluée par la communauté internationale en général et par les organismes impliqués dans la lutte contre le sida en particulier. Michel Sidibé et Michel Kazatchkine, directeurs respectivement de l’Onusida et du Fonds mondial de lutte contre le sida, la tuberculose et le paludisme, avaient rencontré le président du Malawi afin qu’il ordonne la libération des deux jeunes gens ; ils lui ont expliqué que la mise au ban des homosexuels est une très mauvaise chose pour la lutte contre le sida, car cela les oblige souvent à vivre dans la clandestinité.

Philca / MensGo
(via toute la presse, dont NouvelObs.com et Romandie News du 29 mai, AFP du 30 mai 2010)

Pas de commentaire.

Ajouter un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *